Un politicien meurt. Lorsque Saint-Pierre l'accueille, celui-ci lui fait toute une proposition...

4
Partages
/ /

Alors qu’il traversait la rue, un sénateur américain est frappé par un camion et meurt.

Arrivant au paradis, il est accueilli par Saint-Pierre.

« Bienvenue au paradis, » lui dit-il. « Avant de vous installer, il semble y avoir un problème. On voit rarement un homme de votre rang ici, alors nous ne sommes pas certains de ce que l’on doit faire de vous. »

« Il n’y a pas de problèmes, » lui dit l’homme. « Laissez-moi entrer tout simplement. »

« Je voudrais bien, mais j’ai des ordres venant d’en haut. Ce que l’on va faire, vous allez passer un jour en enfer et un au paradis. Puis, vous choisirez où passer l’éternité. »

« Non, mais j’ai fait mon idée, je veux être au paradis, » dit le sénateur.

« Je suis désolé, mais nous avons des règles. » Lui dit Saint-Pierre.

Sur ce, le Saint l’escorte jusqu’à l’ascenseur et il descend, encore et encore et encore, jusqu’en enfer. Lorsque les portes s’ouvrent, il se retrouve sur un terrain de golf. Il aperçoit au loin le club et voit tous ses amis et d’autres politiciens avec qui il a travaillé.

Tout le monde est heureux et vêtu pour une soirée et ils l’accueillent chaudement, lui rappelant le bon vieux temps, à s’enrichir aux dépens des autres.

Ensemble, ils jouent au golf, puis se goinfrent de homard, de caviar et le champagne coule à flot. Le diable est aussi présent, très amical, il s’amuse, danse et raconte des blagues. Après avoir passé un excellent moment, le sénateur réalise qu’il est temps de partir.

Après des au revoir chaleureux, il monte dans l’ascenseur, toujours plus haut jusqu’au paradis où Saint-Pierre l’attend.

« Maintenant, venez visiter le paradis. »

Le sénateur rejoint donc des âmes heureuses, passant de nuage en nuage, jouant de la harpe et chantant. Et avant même qu’il ne s’en aperçoive, la journée est passée et Saint-Pierre vient le voir.

« Maintenant que vous avez vu l’enfer et le paradis, que choisissez-vous ? »

Le sénateur réfléchit, puis lui répond : « Bien, je pensais que le paradis était merveilleux, mais je pense que je serais mieux en enfer. »

Et alors Saint-Pierre l’escorte à l’ascenseur, qui descend encore et encore jusqu’en enfer.

Les portes s’ouvrent sur une contrée désertique, emplie de déchets où règne la dévastation.

Il voit ses amis en haillons, ramassant les déchets et les plaçant dans des sacs alors que des ordures tombent sur le sol, sans arrêt.

Le diable s’approche et place un bras autour de ses épaules.

« Je ne comprends pas, » lui dit le sénateur. « Hier j’étais ici, il y avait un terrain de golf, un club, nous avons mangé du homard et du caviar, nous avons bu du champagne. On a dansé et passé un très bon moment. Maintenant, tout n’est plus que dévastation et mes amis sont misérables, que s’est-il passé ? »

Le diable le regarde, avec un sourire narquois et lui dit : « Hier, nous faisions campagne… aujourd’hui, vous avez voté. »

  Partager sur Facebook