Images : Ce couple semble ordinaire, jusqu'à ce que l'on voit la photo en entier.

Ce couple semble ordinaire, jusqu'à ce que l'on voit la photo en entier.

L'amour...inconditionnel.

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
247 247 Partages

Lorsque Grigory Prutow est né, ses parents étaient fous de joie. Ce beau bébé bien en chair les comblait de bonheur, dans leur foyer de Vladivostok en Russie.

Il semble en parfaite santé, malgré ses réveils à répétition à cause de douleurs au dos.

Quand ses parents l’emmènent chez le médecin, ils sont sous le choc en apprenant que le petit Grigory est atteint d’atrophie musculaire, qui touche l’ensemble des muscles entourant sa colonne vertébrale. Un constat sans appel, effrayant pour les parents qui apprennent que leur enfant devra être constamment surveillé et qu’il ne pourrait bien vivre que quatre ou cinq ans tout au plus.

Toutefois, ils ne jettent pas l’éponge et sont prêts à tout pour le garder en vie le plus longtemps possible.

Malgré leurs recherches pour d’éventuels traitements et tous leurs efforts, Grigory cesse de grandir, ses muscles flétrissent et il n’arrive plus à marcher.

Les années se succèdent et Grigory est toujours là. Il fête ses 10 ans, puis ses 15 ans, bien qu’il ne pèse que 20 kilos. Il arrive même jusqu’à 20 ans. Sans surprise, sa vie n’est pas facile et il passe la majeure partie de son temps à la maison, immobile, son seul contact avec le monde extérieur étant sa connexion Internet.

Même s’il se sent seul, il préfère rester à la maison plutôt que d’être victime des regards de dégoût ou de surprise des gens et mène un semblant de vie normal. Toutefois, il lui manque une compagne avec qui partager sa vie.

Grigory publie alors un message sur le Web : « Ça fait mal de penser à toutes les choses que je pourrais jamais posséder... je ne peux pas découvrir toute la beauté du monde. Je ne peux pas nager dans les mers ni les océans. Je ne peux pas courir dans l'herbe sans être pris de douleurs monstrueuses. Je ne peux pas aider mes amis à porter des choses. 

Je ne peux pas prendre soin des gens que j'aime. Je ne peux pas les rendre heureux... et je ne saurais jamais ce que cela fait d'être aimé, d'être désiré. Je ne connaîtrais jamais la jalousie ni la fierté qu'une personne ressent lorsqu'elle présente sa moitié à ses proches. Je ne saurais jamais ce que cela fait d'enlacer la personne que j'aime, la protéger, danser avec elle, lui offrir des fleurs et bien d'autres cadeaux.

Je ne pourrai jamais élever d'enfant. Je ne me tiendrai jamais dans une maternité, un bouquet de roses à la main à crier 'je t'aime' ! Je ne vivrai jamais l'expérience d'un mariage magnifique et ne porterai jamais ma femme pour passer le seuil de la porte. »

Toutefois, sa vie change du tout au tout deux mois après ce message et cela commence par des échanges sur le Web avec Anna, une jeune femme du Kazakhstan avec qui il a de nombreux points communs : tous les deux sont de grands romantiques, amateurs d’art et de littérature. L’un et l’autre s’attachent, mais Grigory essaie de ne pas se faire d’idées, craignant d’avoir le cœur brisé.

Les semaines se succèdent et Grigory se demande s’il doit révéler ou non ses sentiments à Anna, impliquant de parler de sa maladie. Finalement, il trouve le courage de lui déclarer son amour et lui envoie une photo de lui. La réponse d’Anna ne se fait pas attendre, elle veut le rencontrer et parcourt près de 3 000 kilomètres pour se rendre à Vladivostok.

Les deux jeunes gens tombent amoureux et décident de se marier, dans une cérémonie intime. Lorsque les média s’emparent de l’histoire, le couple devient une sensation dans tout le pays. Beaucoup ne comprennent pas Anna, qui est si belle, disant que Grigory n’est même pas riche. On se questionne même sur sa santé mentale.

Ils sont fous l’un de l’autre et ne sentent pas le besoin de se justifier auprès de quiconque. Ils s’aiment, et c’est tout ce qui compte.

Partager sur Facebook
247 247 Partages

Source: Féroce · Crédit Photo: Facebook