Images : Ce que j'ai appris depuis que j'ai arrêté de boire il y a deux ans.

Ce que j'ai appris depuis que j'ai arrêté de boire il y a deux ans.

C'est surprenant!

Publié le par Ayoye dans Images

Ce que j’ai appris pendant mes deux années de sobriété

Il y a deux ans jour pour jour, j’ai arrêté de boire. J’étais à la dernière soirée du Lincoln Lodge, un fantastique repère d’humoristes situé à l’arrière d’un petit restaurant (maintenant fermé) de Chicago. Depuis, ils ont déménagé, mais après ce spectacle, j’ai décidé qu’il était temps pour moi d’arrêter de boire (et de manger de la viande) et d’être plus productif.

Voilà une liste de ce que j’ai pu accomplir depuis que j’ai arrêté de boire il y a deux ans :

  • J’ai perdu 75 livres (environ 30 kilos)
  • J’ai acheté un super appartement (condo)
  • J’ai fini le premier jet d’un livre de conseils
  • J’ai commencé à faire du sport trois, puis quatre fois par semaine
  • Je suis passé d’une taille XXL à un L
  • J’ai participé à trois festivals de comédie
  • J’ai décroché un boulot d’enfer à Breaking News (téléchargez nos apps !)
  • J’ai fini plusieurs jets pour des scénarios de films et pour la télévision
  • J’ai perdu 6 pouces de tour de taille
  • Je suis passé d’une haine quotidienne à mon encontre à une bonne entente avec moi-même

La plupart de ces points, je peux les expliquer facilement par écrit. Mais je pense que le dernier est de loin le plus important

J’ai beaucoup appris en deux ans, je me suis donc dit que j’allais partager mon expérience avec vous, dans le cas où vous aimeriez vous aussi faire une pause dans votre marathon alcoolisé. C’est ce que je me dis: c’est une pause. Peut-être que je recommencerai à boire. Peut-être pas.

Mais pour résumer, ma vie est bien meilleure parce que j’ai pris cette foutue pause. Alors peut-être qu’il en sera de même pour vous.

Les choses que j’ai apprises

  1. Pas besoin de boire pour s’amuser

Quelle surprise, je sais! Comme j’ai commencé à boire très jeune (désolé Maman, on ne faisait pas qu’écouter de la musique dans le garage), la plupart des événements de ma vie s’articulaient autour de l’alcool.

A vrai dire, presque tout : les spectacles, les concerts, les réunions après le boulot, les retrouvailles, les rendez-vous, les conférences, les dîners, les visites de musées. Mais devinez quoi ? Ces événements ne changent pas s’il n’y a pas d’alcool !

Vous restez vous-même. Peut-être un peu moins « désinhibé », mais est-ce que c’est important ? Je me suis rendu compte que lorsque je sors avec des gens qui ont bu, je retrouve les mêmes sensations que lorsque j’avais l’habitude de boire : exubérance, joie et humour.

Et je me rappelle toujours tout ce qu’il s’est passé, ce qui est un plus.

2. Moins de regret

Je n’ai pas encore eu l’expérience de me réveiller, regarder mon téléphone et de me dire « Ugh, pourquoi j’ai fait ça ? » en voyant un message que j’avais envoyé. J’ai un contrôle non négligeable sur mes actions.

Je réfléchis beaucoup plus qu’avant avant de réagir à ce que quelqu’un peut me dire. Si je suis en colère, ça me donne du temps pour me calmer au lieu d’agir comme un gros con. Boire faisait définitivement ressortir le connard en moi.

Je suis maintenant meilleur en ce qui concerne la retenue de mon côté connard. Il ressort de temps en temps mais au moins j’ai plus de contrôle sur les occasions.

3. Les gens vous jugeront. Enormément.

Ça a été le plus bizarre. Beaucoup, beaucoup de gens vous mèneront la vie dure parce que vous ne buvez pas. Voilà quelques trucs que j’ai pu entendre :

« Vas-y mec, juste une bière ! C’est pas comme si t’avais une réunion après ! »

« Je ne peux pas faire confiance à quelqu’un qui ne boit pas. »

« T’es pas drôle si tu bois pas. »

« Quand tu bois pas, je me sens coupable, du coup je t’aime pas. »

« Je ne peux pas sortir avec quelqu’un qui ne veut pas boire avec moi, désolée. »

Je suis sûr que j’ai déjà dit ce genre de choses quand je buvais. Parce que quand quelqu’un ne fait pas quelque chose que vous aimez faire, ça peut être déconcertant.

Certains de mes amis ont arrêté de me fréquenter parce que je ne buvais plus. Certaines de mes relations amoureuses ont pris fin (ou alors ne commençaient même pas) à cause de ça. On m’a envoyé des captures d’écran de gens qui me critiquaient en secret parce j’ai choisi de ne pas faire quelque chose.

C’est bizarre. Mais on peut se rendre compte la mauvaise relation avec l’alcool que d’autres personnes peuvent avoir. Et j’ai de l’empathie pour ces gens-là. Et j’espère qu’ils s’en rendront compte.

4. On dort beaucoup mieux

Je n’avais pas dormi aussi bien depuis que j’avais quitté l’école. Putain, c’est génial. Je pourrais vous parler le toutes les études qui prouvent que l’alcool affecte le sommeil, mais hey ! Croyez-moi sur parole.

5. On est moins triste

Je ne sais pas si je suis dépressif, mais avant j’étais souvent déprimé. Il y avait des jours où je ne voulais pas sortir de chez moi, ou voir des gens, principalement parce que je me détestais.

Maintenant, je ne me déteste plus autant. Je suis plutôt content de ma vie et de qui je suis. J’essaye d’être positif, même quand il se passe quelque chose d’horrible dans ma vie.

C’est comme si j’avais poussé un interrupteur dans ma tête : plutôt que de me tourner vers le côté négatif des choses, j’essaye de voir le bon côté. Et c’est vraiment bizarre.

6. On a plus d’empathie envers les autres

Il y a quelques semaines, ce mec m’a klaxonné parce que j’ai traversé la rue alors qu’il voulait tourner. Il m’a presque percuté et puis il s’est mis à m’insulter en me disant d’aller me faire foutre et de crever.

L’ancien moi n’aurait pas bougé et pris une photo ou fait une vidéo de lui pour la partager sur les réseaux sociaux en disant : « Hey ! Regardez ce connard qui a essayé de me tuer avec sa voiture ! ». Je me serais senti génial et fier.

A la place, après un moment de peur et de colère, je me suis dit que cet homme devait passer une mauvaise journée. Peut-être qu’il était en retard pour un rendez-vous. Peut-être qu’il se rendait à l’hôpital pour voir son fils qui a le cancer. Peut-être qu’il n’avait pas eu des parents aussi fantastiques que les miens et qu’il était maintenant plein de haine.

Dans tous les cas, il se passait quelque chose dans la vie de cet homme et j’aurais voulu qu’il soit plus heureux. Et puis je me suis dit que c’était bizarre parce que j’ai toujours eu l’habitude d’être odieux envers quiconque me contrarie. Mais maintenant ? J’ai plus d’empathie. Et j’en suis heureux.

7. Plus d’argent à dépenser

J’ai acheté un appartement. J’aimerais dire que ce n’est pas grâce à tout l’argent que j’ai économisé en ne buvant pas et mangeant en buvant, mais le fait est qu’un quart de ma caution a été payé grâce à ça.

Ouais, je sais.

8. La fatigue arrive plus tôt

C’est difficile pour moi de rester debout après onze heures du soir, même les weekends. Quand je buvais, l’alcool était comme un fuel magique qui me tenait réveillé, toujours guettant une nouvelle aventure.

Maintenant que je ne bois plus, je ne cherche plus ces aventures sans cesse, ce truc drôle à faire qui comblera le vide en moi. Je suis heureux de ce que j’ai accompli pendant la journée et mon corps veut juste se reposer. Et j’aime ça.

9. On est beaucoup plus productif

Quand on ne passe pas la plupart de son temps dans les bars, on fait beaucoup plus de choses. Je lis plus. J’écris plus. J’apprends plus.

Je passe plus de temps à m’améliorer et peaufiner mes compétences que lorsque je traînais dans les bars, à discuter avec un pote ou deux. Je suis moins social qu’avant, mais je suis plus artistique et j’échoue bien moins qu’avant.

En fin de compte, je sais que je vais mourir. Je préfèrerais que quelque chose de moi reste après ma mort, un genre d’expression de ma personnalité que les autres puissant apprécier. C’est pourquoi je fournis beaucoup d’efforts pour mes projets, pour produire quelque chose de tangible et réel pour les autres.

En ce moment, ça paraît toujours mieux que de passer mon temps à traîner dans les bars. Les conversations peuvent être sympas, bien sûr, mais en fin de compte, elles mourront en même temps que moi et ces gens. Si je peux créer des choses qui dureront plus longtemps que mon existence, ça rallongera ma vie. Ce qui veut dire que j’ai un peu plus d’intérêt.

Je suis heureux de ne pas avoir bu pendant deux ans. Bien entendu, j’ai bu quelques shots de Malort avec des gens qui n’avaient jamais essayé. Et la fois où un mec avait menacé de me botter le cul si je ne buvais pas le shot de whiskey qu’il m’avait acheté pour me féliciter « de mon humour » après que j’ai fait quelques blagues sur le fait que je ne buvais plus.

Si jamais vous vous mettez à penser que ce truc avec la boisson n’est plus si drôle, vous pouvez toujours faire une pause. J’ai juste arrêté. Et pour moi, ça a été assez facile, même si je sais que ce n’est pas le cas pour tout le monde. Mais sachez que j’ai rencontré plein de gens géniaux qui peuvent s’amuser sans alcool. Et vous aussi, vous pouvez le faire.

Bonne chance.

Source: medium.com/@andymboyle/what-i-learned-not-drinking-for-two-years-c94167ecd329#.u02vjg164