Images : Cet homme disparaît à tous les matins avec un marteau à la main. 22 ans plus tard, on découvre enfin ce qu'il fait à tous les matins

Cet homme disparaît à tous les matins avec un marteau à la main. 22 ans plus tard, on découvre enfin ce qu'il fait à tous les matins

Un projet inimagninable !

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
1,020 1.0k Partages

Dashrath Manhi vivait dans un village pauvre, en Inde avec sa femme Falguni. Même s’ils vivaient de peu, ils étaient très heureux, jusqu’à ce que Falguni tombe gravement malade et ait besoin d’un médecin en urgence. L’homme part rapidement avec son épouse à pied afin de se rendre à la grande ville la plus proche… se situant à 79 kilomètres. Le chemin est long et impraticable. Pour rejoindre la ville, ils doivent contourner une montagne et emprunter un petit sentier.

Mais Falguni est au bout de ses forces et décède sur le chemin.

Un choc immense pour Dashrath qui doit vivre avec cette peine. Avec la colère de vivre si loin des médecins et le chagrin, lui vient une idée. Il achète une masse et un burin avec ses maigres économies.

Il se met à l’œuvre pour un projet colossal, creusant la montagne petit à petit, afin de la fracturer et former une route qui passerait au milieu pour que les villageois n’aient plus à la contourner.

Animé par la perte et à la force de ses bras, l’homme s’évertue chaque jour pour l’avenir de son village en creusant la montagne, de midi à la nuit. Cela durera 22 ans, jusqu’à ce qu’il meure en 2007.

Le résultat dépasse l’imagination. Il a creusé un sillon de 7,6 mètres de hauteur, 10 mètres de large et près de 110 mètres de long. À la seule force de ses bras.

Les habitants du village réalisent l’ampleur de ce que Dashrath a fait pour eux pendant ces 22 ans.

Ce sentier creusé a complètement changé leur vie, ainsi que celle de 60 villages voisins. De 79 kilomètres à parcourir, ils n’en ont plus que 5. Maintenant, la grande ville, ses médecins, ses écoles, ses commerces, ses usines ne sont plus qu’à une petite heure de marche.

La population a accès à tous les services, les jeunes filles peuvent s’instruire, les jeunes hommes trouver du travail.

On considérait Dashrath comme fou. « Dashrath est mort en homme frustré. Son travail n'a jamais été reconnu ou récompensé. Mais les gens aujourd'hui se souviennent de lui et il en a inspiré beaucoup, » raconte l’un de ses amis.

Un projet incroyable, guidé par l’amour et la perte.

Partager sur Facebook
1,020 1.0k Partages

Source: Féroce
Crédit Photo: Capture vidéo YouTube