Images : Cette nymphomane révèle son enfer alors qu'elle doit quitter le bureau pour s'envoyer en l'air.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Cette nymphomane révèle son enfer alors qu'elle doit quitter le bureau pour s'envoyer en l'air.

Une véritable vie d'enfer...

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
150 150 Partages

Nadia Bokody, une australienne est devenue nymphomane après son premier divorce. Elle est devenue littéralement dépendante au sexe. Elle avait plusieurs partenaires sexuelles qu'elle voyait en rotation. 

«Je ne crois pas que c'est [un chiffre] astronomique, mais j'avais des relations sexuelles six ou sept fois par jour», a-t-elle déclaré en entrevue.  

«Parfois, c'était plus qu'une personne dans la même journée, mais ce n'était jamais plus que deux.»

Nadia ne savait pas que sa libido était un problème jusqu'à ce qu'elle sorte avec son petit ami Kynan. Elle s'est vite rendu compte que ses besoins sexuels étaient beaucoup plus grands que lui. 

«Les femmes se sont souvent fait dire que les hommes ne pensent qu'au sexe et que c'est tout ce qu'ils veulent, tout le temps», a raconté Nadia. 

«La première fois qu'un homme m'a dit "non, on a fait l'amour souvent ces dernier jours, je suis fatigué après avoir travaillé une journée de 16 heure", je me suis dit "Oh, il y a quelque chose qui ne va pas chez moi".»

Nadia s'est demandé si son partenaire la trouvait laide, ennuyante au lit ou si la routine s'était déjà installée. Peut-être même qu'il était intéressé par une autre. 

Quand Nadia cumulait les partenaires pour répondre à ses besoins sexuels, elle a même quitté le bureau sous de faux prétextes pour avoir une relation sexuelle avec un homme qu'elle ne connaissait pas. 

«Nous allions souvent à mon appartement, ce qui n'était pas très sécuritaire à bien y penser», a-t-elle convenu. 

Mais ce n'est pas parce que Nadia est nymphomane qu'elle est aventurière. 

«Je vais vous décevoir, mais je suis une éternelle romantique et ma position préférée est celle du missionnaire», a-t-elle dit. 

«Selon un récent sondage, les hommes préfèrent quand les femmes sont au-dessus, mais les femmes préfèrent que l'homme soit au-dessus.» 

Mais éventuellement, ce besoin incessant d'avoir des relations sexuelles est devenu un énorme problème pour Nadia. 

«Je ne pouvais plus fonctionner normalement. C'était difficile pour moi de me concentrer au travail si bien que je devais parfois prendre mon heure de lunch pour avoir une relation sexuelle avec un inconnu que je venais de rencontrer en ligne», a-t-elle raconté.

«Je me sentais seule et vide. Et je me suis rendue compte que ce n'était pas ce dont j'avais vraiment besoin.» 

Nadia a appris qu'elle avait un problème avec sa sexualité et un trouble de la personnalité limite quand elle a consulté. 

«Un thérapeute m'a dit que j'avais peut-être des problèmes avec ma sexualité et des problèmes de dépendance», a-t-elle expliqué. 

Nadia a donc une peur extrême de l'abandon, une forte réactivité émotionnelle, un comportement sexuel téméraire ainsi que des tendances à s'automutiler et des idées suicidaires. 

«Quand j'étais plus jeune, je n'avais pas un modèle masculin stable dans ma vie alors j'ai voulu combler ce manque dans ma vie adulte», a-t-elle détaillé. 

Aujourd'hui, Nadia vit une relation saine avec Kynan, mais cela n'a pas toujours été le cas. 

«Quand nous avons commencé à sortir ensemble et qu'il partait pour des voyages d'affaires pour le week-end, j'avais des réactions complètement démesurées», a-t-elle confié. 

Nadia insiste sur le fait qu'il s'agit d'un problème de santé mentale et qu'il ne faut pas en avoir honte. Selon elle, il est possible de parler de ce problème avec un partenaire sérieux pour se sentir bien au sein d'une relation.  

Partager sur Facebook
150 150 Partages

Source: DailyMail
Crédit Photo: Capture d'écran