Images : Elle agresse une technicienne de mammographie, puis ce qu'elle dit au juge est inimaginable!

Elle agresse une technicienne de mammographie, puis ce qu'elle dit au juge est inimaginable!

La juge n'en croit pas ses oreilles...

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
332 332 Partages

À la Cour, une dame ayant été arrêtée pour avoir agressé une technicienne de mammographie disait : « Votre Honneur, je suis coupable, mais il y a des circonstances exténuantes. »

La Juge lui répond alors de façon sarcastique : « J’aimerais bien entendre ces circonstances exténuantes. »

« Votre Honneur, j’avais rendez-vous pour une mammographie à laquelle je me suis présentée. J’ai rencontré cette joyeuse petite pousseuse de crayon, le sourire fendu d’une oreille à l’autre qui m’a dit d’une traite : « Bonjour ! Je suis Belinda ! Tout ce que vous devez faire, c’est aller dans cette pièce juste ici, vous déshabiller jusqu’à la taille et enfiler cette jaquette. Des questions ? » 

Je me disais alors : « Belinda, prends donc du décaféiné. C’est pas de la physique quantique. » Ensuite Belinda est allée préparer la salle des horreurs.

Quand on a fini le côté droit, Belinda m’a retournée sur la gauche et m’a dit « Hmmm, pouvez-vous vous tenir sur le bout des pieds et vous pencher un peu pour qu’on puisse tout avoir ? » J’ai dit :« D’accord.»

Je gelais, j’étais meurtrie, je manquais d’air, alors pourquoi ne pas utiliser tout ce qui me reste de circulation sanguine dans les jambes et dans mon cou pour m’achever ? Mon corps se tenait d’une façon qui défiait la gravité avec mon autre sein coincé entre ces deux vitres de 10 cm d’épaisseur quand j’ai entendu un déclic !

Il faisait complètement noir, il n’y avait plus d’électricité !

Belinda a dit : « Oh oh, la maintenance travaille, on dirait qu’ils ont eu un accroc. » et elle s’est dirigée vers la porte.

Je lui ai crié : « Excusez-moi ! Vous n’allez pas me laisser toute seule dans cet étau, si ? »

Elle continuait son chemin et a dit « Oh, pauvre chaton, la porte est grande ouverte, vous aurez la lumière d’urgence. Je reviens tout de suite. »

Avant même que j’aie pu protester, elle avait disparu.

Et c’est comme ça que les gars de la maintenance, Bubba et Earl m’ont retrouvée, à moitié nue, une partie de moi pendant des mâchoires de vie et l’autre écrasée entre deux plaques de verre.

Après avoir échangé des salutations polies, Bubba, ou Earl, je ne sais plus, m’a demandé si je savais que l’électricité était en panne.

J’essayais de ne pas montrer ma mauvaise humeur et j’ai répondu aussi calme que possible : « Oh, oui, j’avais remarqué, mais merci quand même. »

Bubba m’a répliqué « D’accord, prenez soin de vous, » et m’a fait signe de la main, comme si on s’était rencontrés au supermarché.

Belinda est revenue deux heures plus tard avec un sourire agaçant, et sans cacher son amusement elle m’a dit « Oh, je suis siiii désolée ! L’électricité est revenue et je vous ai complètement oubliée ! Et idiote que je suis, je suis allée manger. Est-ce que tout va bien ? »

Et voici votre Honneur, comment sa tête a fini entre les plaques. »

Après un grand éclat de rire, la juge a rejeté la cause.

Partager sur Facebook
332 332 Partages

Source: Shareably · Crédit Photo: Stock