Images : En Tanzanie, des villageois chassent les albinos pour les mutiler et les vendre.

En Tanzanie, des villageois chassent les albinos pour les mutiler et les vendre.

Une pratique horrible!

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
2,367 2.4k Partages

La Tanzanie est l’un des pays les plus pauvres du monde, située à l’est de l’Afrique. Sa population est d’environ 50 millions de personnes, appartenant à des groupes ethniques, religieux et linguistiques différents.

Comme dans tant d’autres pays africains, on y pratique la sorcellerie, la superstition ayant un rôle très important dans la vie des citoyens les plus ordinaires jusqu’aux hommes d’affaires puissants et politiciens.

L’une de ces superstitions vise les albinos, une anomalie génétique et héréditaire se caractérisant par l’absence de pigmentation de la peau, des yeux et des cheveux.

Dans le pays, on compte un albinos sur 1 400 habitants, ce qui est bien supérieur à la moyenne mondiale de un sur 20 000 personnes.

Les albinos sont persécutés par la population pour qui ils sont des esprits immortels ou portent malheur.

Le chercheur Giorgio Brocco déclare : « En Afrique, les albinos ont toujours été stigmatisés ou considérés comme des figures divines. »

La Commission Justice et Paix, elle, souligne : « Beaucoup croient qu’ils ont des pouvoirs mystiques ou que des parties de leurs corps auraient des pouvoirs magiques, amenant la richesse. »

Selon des croyances répandues en Tanzanie, les organes et membres des albinos auraient des vertus magiques et sont utilisés pour faire des amulettes apportant la chance dans les affaires et la politique. Un marché qui implique la chasse, la mutilation et le meurtre d’êtres humains.

Le coût élevé de ces « composantes » démontre que les élites économiques et politiques sont impliquées dans ce marché.

Au pays, le salaire annuel moyen d’un habitant était de 442 euros en 2010. Un bras ou une jambe d’albinos peut valoir 3 000 euros, tandis que la tête ou le corps entier vaudrait 60 000 euros, selon les dernières données du Haut-Commissariat des Nations Unies. On pourchasse les enfants à coups de machette. Et ce marché se déplace de région en région.

Depuis 2006, 71 albinos ont été assassinés et 29 attaqués en lien avec ce commerce et seulement 10 condamnations ont eu lieu.

Maajabu Boaz, un homme de 20 ans, porte des couteaux chaque fois qu’il quitte sa maison pour se protéger. Sa seule réputation protège les enfants de son village, pour le moment.

On estime que 10 000 albinos en Afrique de l’Est ont eu à se déplacer ou fuir.

Le gouvernement tanzanien a criminalisé la sorcellerie en janvier et fait campagne pour faire cesser ces pratiques barbares, que certains hommes politiques utilisent pour s’assurer la victoire.

Les prix grimperont sûrement en flèche, maintenant que les autorités protègent les albinos…

Partager sur Facebook
2,367 2.4k Partages

Source: Perfeito · Crédit Photo: National Geographic