Images : Il y a 30 ans, son père le met lui et sa mère à la rue. Aujourd'hui, quand il regarde une serveuse, il réalise tout.

Il y a 30 ans, son père le met lui et sa mère à la rue. Aujourd'hui, quand il regarde une serveuse, il réalise tout.

Un témoignage touchant.

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
2,143 2.1k Partages

Sean Whalen est bien placé pour connaître la douleur et le traumatisme causé par un horrible divorce. Il se rappelle très bien le jour où il est rentré à la maison, petit garçon, seulement pour découvrir que son père avait changé les serrures. Il y avait eu une grosse dispute plus tôt ce jour-là, et donc Sean, son petit frère et sa mère avaient été mis à la rue.

Maintenant que Sean est père monoparental de trois enfants, il comprend maintenant la force et la détermination qui furent nécessaires à sa mère afin d’aller de l’avant et élever ses deux fils contre toute attente.

Récemment, Sean a emmené son fils dans un restaurant chinois. Il n’a pu s’empêcher de remarquer quelque chose de très familier chez sa serveuse. « En discutant au travers des remplissages de verres d’eau, j’ai eu l‘impression que cette mère célibataire ne voulait pas être là, mais n’avait pas le choix et faisait tout son possible pour sourire, » écrivait Sean sur Facebook. « Ça m’a brisé le cœur. »

La gentille serveuse qui porte un lourd poids sur ses épaules, a rappelé à Sean sa propre mère.

Au lieu de seulement payer sa facture et quitter le restaurant, Sean a fait quelque chose de spécial pour elle, qui se répand sur l’Internet comme une traînée de poudre. La suite va vous émouvoir…

« Divorce. Le jour où mes parents se sont séparés restera à jamais gravé dans ma mémoire. Mon père et moi nous nous sommes disputés. Ma mère, mon frère et moi sommes partis car mon père devenait dingue. On a dormi dans un hôtel cette nuit-là. Quand nous sommes revenus le lendemain, mon père avait changé les serrures. J’ai regardé ma mère le supplier à travers la porte de nous laisser entrer et prendre des vêtements. Il n’a pas voulu. Nous avons dû revenir plus tard ce jour-là, sous escorte policière. 

Je n’oublierai jamais les policiers qui me tendaient un sac à ordures noir, en me disant que j’avais 10 minutes pour prendre le nécessaire. J’ai enfoui tous les vêtements que je pouvais dans le sac, et ce fût la dernière fois où je suis entré dans la maison où j’ai été élevé. Pas de trophées de baseball. Aucune de mes 10 000 cartes de baseball. Rien de mes affaires. J’y ai même dû abandonner ma tortue. Ma mère, mon frère et moi avons emménagé dans un petit appartement et n’avions pas la moindre chose.

Des gens de la paroisse nous ont apporté des chaudrons, des poêles, des sofas, des lits et de la nourriture. Mon père a tout retiré à la banque, laissant littéralement ma mère avec l’argent qu’elle avait dans les poches. Il n’y avait rien qu’elle ne pouvait faire. Pas de famille dans les environs. Pas de soutien autre que celui des étrangers de la paroisse. 

À ce jour, je ne sais toujours pas comment elle a pu faire. Je n’ai aucune idée sur comment elle a fait pour ne pas jeter la serviette parfois. Car je l’aurais fait.

Je me souviens l’avoir vu prier de nombreuses fois, à genoux, dans sa chambre, quand je passais devant. Je peux seulement comprendre ces conversations entre Dieu et elle. Je peux seulement comprendre les rivières de larmes qui ont roulé sur les joues de cette femme si douce, alors qu’elle négociait avec Dieu pour une pause.

J’ai ressenti beaucoup de douleur moi aussi. J’ai remis beaucoup de choses en question, mais cette mère célibataire avec deux fils n’a jamais abandonné. Elle n’a jamais abandonné, ne serait-ce qu’une fois. 

J’ai seulement commencé à réaliser ce que ma mère a vécu en occupant plusieurs emplois quand je suis devenu monoparental.

Je n’avais jamais compris alors que j’étais plus jeune, tous les efforts qu’elle a faits pour mon frère et moi.

Elle s’est battue. Elle a travaillé comme pas possible juste pour arriver. Elle a fait tout ce qu’elle a pu pour que mon frère et moi ayons tout ce que nous voulions. Mais elle a travaillé. Très dur. Ce soir, alors mon fils et moi étions assis dans ce restaurant chinois que nous adorons, il y avait cette nouvelle serveuse.

Elle sortait du lot.

Les propriétaires sont chinois. Les employés sont chinois.

Et il y avait cette petite serveuse blanche. Elle était tout simplement fantastique et complimentait mon fils pour ses bonnes manières.

On a mangé notre repas. À discuter avec elle quand elle venait remplir nos verres d’eau, j’avais le sentiment que cette mère célibataire ne voulait pas être là, mais se devait de et faisait son possible pour sourire.

Ça a brisé mon cœur.

J’ai pensé à ma mère, et j’ai vu la même force dans cette femme que celle qui habitait ma mère. Une mère célibataire.

Peut-être par choix.

Peut-être pas. »

« Elle travaillait un mercredi soir pour s’assurer qu’elle pouvait mettre de la nourriture sur la table et des chaussures aux pieds de ses enfants. Pas pour l’opulence. Pas pour le statut. Pour vivre. Pour être capable de fournir à ses enfants ce dont ils ont besoin, afin d’avoir un sourire sur le visage.

J’avais beaucoup d’empathie pour elle. Je ressentais sa souffrance. Je n’arrêtais pas de penser à ma mère et combien il est difficile pour une femme de passer de femme au foyer à travailleuse. Je ne pouvais même pas imaginer ce que ça peut être pour certaines mères. Je sais que mon pourboire ne paiera pas son loyer. Je sais que mon pourboire ne paiera pas des broches à ses enfants. Je sais que mon pourboire ne gardera pas son réfrigérateur plein.

Mais j’espère que ce soir, d’une façon ou d’une autre, je lui ai donné un sourire et qu’elle puisse rentrer à la maison auprès de ses enfants, plus heureuse que lorsqu’elle en est partie.

Je ne connais pas toute son histoire. Je n’en ai pas le besoin. Je sens que ce soir, j’ai fait ce que quelqu’un a pu faire pour ma mère et que c’est ce qui lui a permis de tenir alors qu’elle aurait voulu abandonner.

Je ne sais pas.

Je ne le saurai peut-être jamais. Mais je sais ceci.

J’ai été béni plus que possible, et ma mère a tracé le chemin pour que je persiste. Elle m’a montré comment rebondir. Elle m’a montré ce que sont le travail et l’effort. J’espère que ce petit geste avec mon fils ce soir éclairera la vie de cette femme, afin qu’elle se réveille demain et continue de se battre. Une mère célibataire qui incite au RESPECT.

Vous êtes belle et votre postérité apprendra de vos efforts. Ils vous regardent.

Tout comme j’ai regardé ma mère.

Maman, je t’aime. Tu es mon héros. »

Quelle inspiration et quelle histoire d’amour et de perte. Cela prend beaucoup de courage et de force d’être un parent seul et les mots de Sean sont vraiment touchants. 

Partager sur Facebook
2,143 2.1k Partages

Source: No Lo Creo · Crédit Photo: Facebook