Images : L'ONU se positionne fortement contre l'interdiction du voile intégral en France
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

L'ONU se positionne fortement contre l'interdiction du voile intégral en France

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
965 965 Partages

L'interdiction en France de porter une tenue dissimulant le visage, comme la burqa ou le niqab, sera scrutée à la loupe par le Comité des droits de l'homme de l'ONU (OHCHR). En effet, tout indique que l'organisation compterait se pencher sur la question afin d'établir si ces mesures sont discriminatoires ou non.

La question de l'interdiction du port du voile revient au coeur des débats en raison des requêtes de deux femmes verbalisées pour avoir porté un niqab dans l'espace public en France. Le Comité qui est essentiellement composé de juristes internationaux devra donc établir si l'interdiction de porter une tenue dissimulant le visage, comme par exemple le voile intégral, est discriminatoire.

Rappelons qu'en août dernier, le Comité avait déjà eu à se pencher sur une question similaire, et ce, suite au congédiement en 2008 d'une employée d'une crèche qui avait refusé d'enlever le foulard qu'elle portait sur la tête. L'affaire Baby Loup, du nom de la crèche qui employait la femme en question, avait fait couler beaucoup d'encre.  

Après que la Cour de cassation ait cassé le licenciement, il avait finalement été décidé en 2014 qu'il n'y avait pas de discrimination. Or, voilà que le Comité affirmait cet été que selon sa lecture des événements, il n'y avait aucune raison de croire qu'il n'y avait pas eu discrimination dans cette affaire. En fait, l'employée de la crèche avait été congédiée en raison d'une discrimination basée sur son genre et sa religion.

Considérant cette "constatation" établie par le comité, tout porte donc à croire qu'il arrivera à des conclusions similaires quant à l'interdiction en France de porter une tenue dissimulant le visage, comme la burqa ou le niqab.

D'ailleurs, plusieurs sources semblent indiquer que le Comité devrait établir que "cette interdiction créerait une discrimination et porterait atteinte à la liberté de culte".

Dans l'éventualité où le Comité établirait que l'interdiction est discriminatoire, la France se trouverait dans une position bien embarrassante, car en théorie, elle n'aurait pas vraiment le choix de suivre les recommandations du Comité.

Lors d'une entrevue accordée à La Croix, Magali Lafourcade, magistrate et secrétaire générale de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme, a expliqué: "Le Comité des droits de l'Homme relève d'un pacte auquel la France a accepté de se soumettre. La France n'est pas obligée de faire évoluer la loi de 2010 interdisant le voile intégral, mais il est dans l’intérêt de tous qu’elle le fasse, tout en restant fidèle à ses conceptions. Si la France néglige les constatations du comité, elle ne sera plus en position de dénoncer sur la scène internationale les violations des droits humains."

Partager sur Facebook
965 965 Partages

Source: BFMTV
Crédit Photo: Courtoisie