Images : Quand ces enfants sont nés, leurs parents sont effrayés. La raison derrière leur souffrance est terrible...

Quand ces enfants sont nés, leurs parents sont effrayés. La raison derrière leur souffrance est terrible...

Une catastrophe terrible...

Publié le par Ayoye dans Images

Cet article peut contenir des images pouvant choquer certains lecteurs.

Un message effrayant a secoué le monde entier le 26 avril 1986 : La centrale nucléaire de Tchernobyl, tout près de Pripyat en Ukraine, a été le théâtre d’un accident nucléaire catastrophique.

Adi Roche, une irlandaise de 31 ans, se trouvait parmi les premiers volontaires internationaux offrant de l’aide et du soutien aux personnes touchés. À ce moment, elle travaillait pour une branche allemande d’une campagne de désarmement nucléaire.

Cependant, la tâche n’était pas simple pour ces volontaires, car même en temps de crise, le gouvernement soviétique refusait de divulguer des informations importantes. Quelques jours après l’accident, le gouvernement disait la situation sous contrôle, le reste du monde ne pouvait que croire leur parole.

Cinq ans plus tard, alors que l’accident était presque déjà oublié, Adi a reçu un fax troublant.

Ce document était adressé à la campagne de désarmement nucléaire, mais aussi à toutes les organisations du monde entier. « Aidez-nous à venir en aide aux enfants d’ici ! »

Ce fax avait été écrit par un groupe de médecins ukrainiens et biélorusses qui tentaient de montrer au monde entier la souffrance des enfants ayant subi les conséquences de l’accident nucléaire

Adi et quelques collègues se sont rendus en Ukraine et en Russie pour avoir un meilleur regard sur la situation. Ce qu’ils ont découvert sur place les a profondément ébranlés. Des milliers d’enfants sont nés avec de graves problèmes de santé à cause des radiations. Beaucoup d’eux souffrent de problèmes cardiaques, inspirant le documentaire « Chernobyl Heart ».

Les parents en ont plein les bras avec ces enfants aux handicaps graves. De nombreux enfants ont été confiés à la charge de l’État, leurs parents espérant qu’ils aient de meilleurs soins qu’avec eux. Adi et ses collègues ont découvert 300 maisons abritant des milliers d’enfants de Tchernobyl. Or, ils ne disposaient pas du personnel nécessaire, de moyens, de nourritures et de médicaments. Étant près du site de Tchernobyl, le niveau de radiations était encore très élevé.

Lorsqu’Adi est rentrée chez elle, elle a organisé avec des familles irlandaises des voyages pour des familles de Tchernobyl, pour les aider à se remettre sur pied. Cette année-là, elle a fondé « Chernobyl Children International », une organisation à but non lucratif pour aider les enfants victimes de la tragédie.

Depuis, l’organisation a bien grandi. En Irlande seulement, on compte 10 000 bénévoles. Plus de 22 000 enfants ont été emmenés pour être soignés. En 25 ans, l’organisation a aidé plus d’un million d’enfants.

L’organisation a aussi réaménagés les foyers pour enfants en Biélorussie, en des établissements médicaux modernes, où ils reçoivent des soins et une alimentation adéquats.

Les radiations sont toujours présentes dans la région et des enfants naissent encore avec des malformations génétiques, aujourd’hui.

L’an dernier, Adi a été invitée à prononcer un discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, pour le 30e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. « Tchernobyl n’est pas encore terminé. Tchernobyl sera toujours là, » dit-elle. « Les conséquences de cette catastrophe ne peuvent être oubliées. La contamination radioactive sera toujours détectable. Des millions de personnes souffrent de ce mortel héritage. »

 

Source: Heftig · Crédit Photo: Capture vidéo YouTube