Images : Quand les policiers ouvrent la porte de cet appartement, ils ne s'attendent pas à trouver la pire chose de leur vie!

Quand les policiers ouvrent la porte de cet appartement, ils ne s'attendent pas à trouver la pire chose de leur vie!

Ça fait froid dans le dos!

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
441 441 Partages

Il est des crimes horribles dont on entend parler qui nous secouent au plus profond de notre être. Même s’ils se sont produits loin de chez soi ou à une autre époque, lire sur ceux-ci vous donnera la chair de poule.

Jürgen Bartsch était mieux connu comme étant « Le meurtrier du carnaval ». Né en 1946, il passe la majeure partie de son enfance en famille d’accueil. Il a commencé à enlever, agresser sexuellement et tuer de jeunes garçons à l’âge de 16 ans. Entre 1962 et 1966, il en a tué quatre…

  • Klaus Jung, 8 ans, le 31 mars 1962
  • Peter Fuchs, 13 ans, le 6 août 1965
  • Ulrich Kahlweiss, 12 ans, le 14 août 1965
  • Manfred Grassmann, 11 ans, le 6 mai 1966

Sa cinquième victime a su s’échapper et le dénoncer aux autorités. Une fois arrêté, il a avoué ses crimes et a déclaré ouvertement que le viol d’enfants était excitant. Bartsch a été condamné à la castration pour contrôler ses pulsions sexuelles, mais suites à des complications dans la procédure, il est décédé en prison en avril 1976.

Joachim Kroll a sévi non loin d’où Jürgen Bartsch a commis ses crimes. On ignore combien de personnes il a réellement tué, mais on sait qu’il en a tué entre 8 et 14 près de Duisburg, en Allemagne, et a dévoré leurs corps. Dans les années 1970, il semblait tout simplement bizarre, mais inoffensif. Personne ne pouvait se douter de sa nature sanguinaire.

Il a été capturé en 1976 alors qu’il balançait les membres d’une victime de 14 ans dans les toilettes. Lors de la perquisition de son appartement, la police a découvert avec horreur qu’il était en train de cuisiner des morceaux de ses victimes. Kroll a refusé d’avouer ses crimes et a été condamné à la prison à perpétuité. Il y est mort d’une crise cardiaque en 1991.

Marianne Nölle est née en 1938 et est connue sous le surnom d’ « Ange de la mort de Cologne ». Elle travaillait comme aide-soignante dans une maison de soins et y a tué au moins 17 personnes, mais a nié l’avoir fait à plusieurs reprises. L’enquête a démontré qu’entre 1984 et 1992, elle a tué de nombreux patients à sa charge, en leur injectant un poison. C’est par hasard que Nölle a été arrêtée, suite à une plainte pour vol à la police, par la famille d’une victime. Toujours en prison, on ignore son nombre total de victimes.

Karl Denke, surnommé Papa Denke, a terrorisé une région de l’ouest de l’Allemagne à la fin du XIXe siècle. Il aidait, en apparence, les sans-abris et les miséreux, en leur offrant des repas chauds. Mais quelque chose de sinistre se tramait dans sa maison et n’a été révélé que lorsqu’un sans-abri a su s’en enfuir. En fouillant la maison, les policiers ont découvert plus de 420 dents humaines, 480 os et des plats à base de chair humaine vieillie par le sel. Ils ont alors réalisé que Denke avait tué et mangé au moins 42 personnes. Avant son procès, il s’est pendu dans sa cellule et on ignore toujours combien de victimes il a pu faire.

Carl Grossman est un tueur en série qui a sévi à Berlin entre 1888 et 1922. Il a été reconnu coupable de deux meurtres, mais les autorités croient qu’il a tué entre 23 et 100 personnes, faisant de lui le tueur en série avec le plus de victimes en Allemagne. Il a commencé à perpétrer ses meurtres alors qu’il n’avait que 16 ans. Suite à son congédiement, il a déménagé à Berlin où il a été arrêté à de nombreuses reprises pour agression et agression sexuelle. Il a fini par ouvrir un café où il attirait de jeunes femmes cherchant du travail, leur promettant un emploi de bonne, afin de les emmener à son appartement où il les étranglait. La police a commencé à avoir des soupçons en trouvant des membres humains près du canal à proximité de son appartement. Il a été arrêté lorsque des voisins ont entendu des cris provenant de chez lui et contacté les autorités. Là, les policiers ont découvert de nombreux corps démembrés. En plus d’avoir brutalement tué ses victimes, il consommait leur chair et en utilisait dans des plats que vendait son commerce. Il s’est pendu dans sa cellule avant d’être reconnu coupable, emportant ses macabres secrets dans sa tombe.

Fritz Haarman, connu comme « le boucher de Hanovre », a tué 27 jeunes garçons et hommes entre 1918 et 1924. Avec l’aide de deux complices, il utilisait la gare centrale de Hanovre pour dénicher des victimes potentielles. Lorsqu’il repérait un garçon, il entamait une discussion avec lui avant de l’inviter chez lui. La sexualité était une source constante de frustration dans sa vie et il la passait sur ses victimes de façon particulièrement violente. Il leur déchirait la gorge avec ses dents, découpait les corps en plusieurs parties et mangeait leur chair. Haarman a travaillé comme indic pour la police, avant qu’ils ne commencent à le soupçonner. Le propriétaire d’un magasin près de chez lui a remarqué qu’il entrait souvent de jeunes garçons dans le bâtiment, sans jamais en sortir. La police l’a surveillé et l’a pris sur le fait, avant qu’il ne tue une autre victime. Il aurait été soulagé de son arrestation et aurait dit « Tuer n’est pas amusant. » Haarman a été condamné à mort. Le jour de l’exécution, il a tant apprécié son dernier repas qu’il en a demandé une seconde portion. Il fût guillotiné quelques heures plus tard et sa tête a été offerte à la recherche scientifique.

Partager sur Facebook
441 441 Partages

Source: No Lo Creo · Crédit Photo: Twitter