Images : Sa fille de 4 ans traite cet homme de vieillard, mais ce qu'il lui répond? La maman est sous le choc...

Sa fille de 4 ans traite cet homme de vieillard, mais ce qu'il lui répond? La maman est sous le choc...

Une écrivaine est surprise par l'empathie que montre sa fille à l'égard d'un vieil homme

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
14,647 14.6k Partages

Tara Wood est une maman au foyer de 7 enfants et âgée de 40 ans, mais aussi une écrivaine. Récemment, elle a partagé une expérience surprenante.

« Juste avant le 4e anniversaire de ma fille Norah, nous avons vécu une expérience remarquable.

Je venais de passer la prendre à la garderie quand elle m’a fait remarquer un vieil homme qui marchait très lentement dans le stationnement.

Elle m’a expliqué alors qu’elle adorait les personnes âgées, parce qu’elles marchent lentement comme elle, et qu’elles ont la peau douce comme elle. « Ils vont tous mourir bientôt, alors je vais tous les aimer avant qu’ils meurent. »

C’était un peu étrange ces derniers mots, mais l’intention derrière m’a beaucoup touchée.

J’ai été très touchée par son empathie et j’en ai parlé sur Facebook, j’ignorais encore à quel point cela avait de la signification pour elle. »

« Le lendemain, son anniversaire, de retour à la maison elle m’a demandé si on pouvait s’arrêter à l’épicerie pour prendre des cupcakes pour elle et ses six frères et sœurs.

Comment lui dire non pour son anniversaire ? »

« Je l’ai donc assise dans un de ces paniers d’épicerie qui ressemblent à une voiture avec sa sœur et nous sommes allées dans le rayon pâtisserie. Après avoir pris les gâteaux, nous nous sommes arrêtées à une étagère de soldes.

Je regardais les différents produits alors que Norah saluait joyeusement un vieil homme en lui disant que c’était son anniversaire.

Il s’est retourné et lui a dit « Bien le bonjour jeune demoiselle ! Et quel âge cela te fait ? »

Ils ont parlé quelques minutes, puis il lui a souhaité un joyeux anniversaire avant de repartir. »

« On l’a retrouvé un peu plus loin et je lui ai présenté ma fille et lui ai demandé si elle pouvait prendre une photo avec lui pour son anniversaire.

Confus au début, il était ravi de l’attention.

Alors je les ai pris en photo, Norah lui a embrassé la main et l’a posée sur sa joue. Je lui ai demandé son nom, il nous a dit de l’appeler Dan. Et Norah et lui continuaient de discuter, comme de vieux amis. »

« Je l’ai remercié de nous avoir accordé un peu de son temps et à ce moment, il a commencé à pleurer et nous a dit : « Non, merci à vous, c’est le meilleur jour que j’ai passé depuis un long moment. Vous m’avez rendu heureux mademoiselle Norah. »

Ils se sont fait un câlin et nous nous sommes éloignés.

À la maison, j’ai partagé cette rencontre à mes lecteurs sur Facebook, avec une photo d’eux. »

« Ce soir-là, j’ai reçu un message d’une lectrice qui a reconnu M. Dan.

Sa femme, Mary, est décédée en mars et il était plutôt solitaire depuis. Elle voulait me faire savoir qu’il était sûrement très touché par la gentillesse de ma fille. Qu’il en avait bien besoin et ne l’oublierait pas.

Je lui ai demandé son numéro et lui ai téléphoné quelques jours plus tard. »

« Nous avons visité M. Dan, il s’était fait couper les cheveux, s’était rasé et était bien vêtu. Il avait rajeuni de dix ans.

Il avait préparé une table pour ma fille, avec du papier et des crayons, puis lui a demandé de lui faire des dessins pour les mettre sur le réfrigérateur.

On a passé trois heures avec M. Dan ce jour-là, il a été très gentil et patient avec ma petite fille bien énergique. »

« Avant que nous partions, il a coupé la seule rose en fleur sur son porche et a mis dix minutes à en retirer les épines avant de l’offrir à Norah.

Elle a conservé cette rose, qui est maintenant séchée, dans un sac Ziploc sous son oreiller. »

« Norah demande de ses nouvelles tous les jours et se soucie de lui. S’il est seul, s’il a froid ou même s’il a du fromage pour ses sandwichs. Elle veut qu’il aille bien et se sente aimé.

M. Dan se soucie d’elle aussi. Lors d’une de ses dernières visites, il nous a dit qu’il n’avait pas eu de bonnes nuits de sommeil depuis le décès de sa femme, mais tout a changé depuis qu’il a rencontré ma fille.

« Norah m’a guéri, » m’a-t-il dit.

J’étais sans voix et les larmes ont roulé sur mes joues. »

« Ce sont soixante-huit ans qui les séparent, mais leurs cœurs et leurs âmes se rejoignent. Norah et moi lui avons promis d’aller le voir chaque semaine. »

« Je l’ai invité à venir célébrer l’Action de Grâces avec nous, il fait maintenant partie de notre famille et comme le dit si bien Norah « Nous l’aimerons tous. »

Parler à un étranger peut mener à de très belles amitiés, vous devriez essayer. »

Partager sur Facebook
14,647 14.6k Partages

Source: LittleThings · Crédit Photo: Facebook | Tara Wood Writer