Images : Son bébé meurt 1 mois après la naissance, au lieu de l'enterrer, voici ce qu'elle a fait avec!

Son bébé meurt 1 mois après la naissance, au lieu de l'enterrer, voici ce qu'elle a fait avec!

Étrange et intriguant..

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
1,351 1.4k Partages

Charlotte et Attila Szakacs sont mariés depuis 2015 et attendent avec impatience la naissance de leur premier enfant. Chose qui devient réalité en avril 2016, la veille de l’anniversaire de Charlotte : celle-ci est enceinte, ils seront bientôt parents.

Ils sont fous de joie et se réjouissent des étapes franchies, jusqu’à la 20e semaine de grossesse, où ils apprennent, grâce à une échographie, que leur petite fille souffre d’une malformation au cerveau qui empêche son développement normal. Une nouvelle qui anéantit le couple.

Cette malformation est due à une anomalie génétique où deux chromosomes ont changé de place et provoqué la surmultiplication de certains gènes et l’absence d’autres. Toutes les deux semaines, Charlotte doit se faire examiner et au cours de la 37e semaine, les médecins doivent intervenir à tout prix.

La circulation sanguine vers le placenta diminue dangereusement et le 13 décembre la petite Evelyn naît suite à une césarienne. Immédiatement placée sous assistance respiratoire, Charlotte devra attendre trois jours pour prendre sa fille dans ses bras. « Ne pas pouvoir la prendre dans les bras pendant aussi longtemps a été une véritable torture. Et même quand nous avons pu le faire, il fallait que les infirmières nous la mettent dans les bras, on ne pouvait pas la prendre nous-mêmes. Je n'avais pas l'impression d'être une mère, » raconte-t-elle.

Instagram | beccaacherryx

Le cerveau de la petite Evelyn n’est pas développé, et elle ne peut respirer sans assistance, ses voies respiratoires étant trop étroites. Une opération cardiaque n’est pas envisageable, mais elle pourrait lui sauver la vie. Toutefois, si elle survit, elle sera presque aveugle, sourde et muette, et aura de nombreux handicaps, tant mentaux que moteurs. Mais les parents s’accrochent.

Instagram | beccaacherryx

« Après sa naissance, les médecins voulaient qu'on la transfère dans un centre de soins palliatifs, mais je n'étais pas prête et je ne voulais surtout pas croire ce qu'ils racontaient, » décrit Charlotte.

Après deux semaines, l’état d’Evelyn empire, et les parents prennent conscience des choses. Ils ont le choix de la regarder rendre son dernier souffle connectée à de nombreuses machines, ou faire tout leur possible pour qu’elle quitte paisiblement ce monde dans un service de soins palliatifs.

Le 10 janvier 2017, la petite fille a été transférée dans un centre. « Je ne l'avais jamais vue aussi apaisée. Nous avons pu la prendre dans nos bras et la câliner comme jamais auparavant. Puis ils ont éteint les machines. »

À 4 semaines, Evelyn s’éteint, sans jamais avoir pu respirer par elle-même. Le centre fait une proposition étrange aux parents, leur proposant de passer plus de temps avec leur fille décédée, afin de mieux se préparer à la perte et pouvoir terminer les liens affectifs.

C’est grâce à un lit climatisé qui est conçu pour conserver les bébés mort-nés que l’on peut permettre aux parents de passer assez de temps avec eux pour faire leurs adieux. Pour Attila et Charlotte, ce sont 12 jours qu’ils ont pu passer avec Evelyn, et ils ont pu la ramener à la maison quatre jours avant les funérailles. Ils ont pu marcher dans les endroits qu’ils rêvaient de visiter avec elle. Une façon d’amoindrir la douleur.

Bien que cette solution ne marche pas pour tout le monde, Charlotte tient à faire savoir qu’elle existe. Parfois, des gens peuvent être forcés de dire au revoir trop tôt à leur bébé, ces quelques jours peuvent faire toute la différence.

Partager sur Facebook
1,351 1.4k Partages

Source: Féroce · Crédit Photo: Capture vidéo YouTube