Images : Un camion passe par-dessus la tête de cette fille, puis un inconnu la soulève. Ce qui suit ensuite fait le tour de la planète!

Un camion passe par-dessus la tête de cette fille, puis un inconnu la soulève. Ce qui suit ensuite fait le tour de la planète!

Cette histoire a fait le tour du monde!

Publié le par Ayoye dans Images

Les vacances à Nice d’Adelaide Stratton, une Australienne de 22 ans, devaient être remplies de feux d’artifice le 14 juillet 2016. Un bain de sang a troublé les festivités, mais son séjour en France a connu une autre tournure effroyable.

Après un bon moment passé dans une piscine avec ses amis, ils se rendent ensuite sur la promenade des Anglais, ignorant le triste destin qui allait s’abattre ce jour-là.

Adélaïde et son ami Marcus descendaient à peine d’un bus quand la tragédie a commencé. Un camion les a frappés dans le dos, avant de continuer sa route funeste sur les autres personnes se promenant sur les lieux. Elle en a eu la moitié de la jambe brûlée et la tête écrasée.

Ses souvenirs sont épars et chaotiques, entre les cris, la panique et le sang, avant que le néant ne prenne possession d’elle.

Crédit photo: Capture d'écran Facebook / Sunday Night

En ouvrant les yeux à une dizaine de mètres de là, quelqu’un lui tient la main en lui parlant en français. Bien qu’elle ne comprenne pas la langue, la voix de Patrick, un Niçois de 40 ans, est rassurante.

Crédit photo: Capture d'écran Facebook / Sunday Night

« Le camion nous a épargnés, je suis ensuite partie à la recherche de gens toujours vivants. Elle a agrippé ma main tellement fort que j’étais triste et heureux à la fois de voir quelqu’un en vie, » raconte le Français. 

Patrick est resté jusqu’au bout à ses côtés, Adelaide le suppliant de ne pas l’abandonner : « Je ne pouvais pas la laisser partir toute seule et elle ne voulait pas que je m’en aille. »

Dans le chaos des événements, Patrick protège la jeune femme et se fait rempart afin qu’elle ne voie pas le massacre qui les entoure. À ce visage rassurant et cette main tendue, Adelaide s’accroche.

« C’était dangereux de demeurer avec moi. Personne d’autre m’a aidée et Patrick est resté en me tenant la main, » dit-elle.

En attendant les secours, il l’emmène au hall de l’hôtel Negresco, puis il restera auprès d’elle jusqu’à l’hôpital.

Crédit photo: Capture d'écran Facebook / Sunday Night

Les blessures qu’Adelaide a subies à la base de sa tête auraient dû la paralyser ou la tuer. Souffrant de lésions intracrâniennes, une énorme cicatrice lui barre le front. Quant à sa jambe droite, elle est endommagée en profondeur par des brûlures.

Jusqu’à ce que les parents d’Adelaide arrivent d’Australie, Patrick vient la visiter tous les jours. [EMBED]

Malgré la douleur et les bandages, la jeune Australienne garde le moral.

Quand ses parents sont arrivés, elle a perdu contact avec Patrick et doit rentrer en Australie, une fois qu’elle est en état de voyager.

Durant sa convalescence, Adelaide est suivie par la chaîne Sunday Night, qui décide de surprendre la jeune femme en organisant des retrouvailles entre elle et son sauveur. 

Crédit photo: Capture d'écran Facebook / Sunday Night

Alors qu’il croyait ne plus jamais la revoir, Patrick débarque à Sydney et suit le plan de la chaîne : tandis qu’Adelaide et sa famille mangent à la pizzeria, il fera son entrée.

Comme de fait, elle ne se doute de rien et est sous le choc en le voyant, elle n’arrive pas à le croire ! « Qu’est-ce que tu fais là ? Mais tu es fou ! »

Pour elle, Patrick est l’homme le plus courageux qu’elle puisse connaître et ne pensait jamais le revoir. [EMBED]

Sous le comble de l’émotion, elle ignore comment le remercier. D’ailleurs « Comment remercier quelqu’un qui vous a sauvé la vie ? »

Elle apprend l’histoire de ce terroriste qui a tué 46 personnes et fait 400 blessés ce jour-là. Toutefois, pour Adelaide, le récit est différent.

« Dans mon histoire, il ne s’agit pas de lui ou de ses gestes. Il s’agit de Patrick et des gens qui ont aidé. Mon histoire en est une d’amour, d’entraide et des belles choses pouvant naître de l’épouvantable. » [EMBED]

Il est facile de se laisser entraîner dans la négativité avec les infos d’à travers le monde. Mais pour changer le monde, ce n’est pas une question d’abattre des terroristes ou insulter ceux ne pensant pas comme nous. Les actes de bienveillance, petits ou grands, permettent la différence dans la vie de celui ou celle qui en est la cible, et c’est ainsi que petit à petit le monde peut changer. 

Source: feroce.co/adelaide-stratton/ · Crédit Photo: Facebook / Sunday Night