Images : Un chien du Québec retrouvé criblé de plombs, il a vécu l'horreur.

Un chien du Québec retrouvé criblé de plombs, il a vécu l'horreur.

Quel cauchemar!

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
1,247 1.2k Partages

Mario, un jeune chien de Port-Neuf, est un véritable miraculé, qui a survécu à de nombreux tirs, en plus d’avoir été enterré vivant.

Il a été retrouvé dans un piteux état à Saint-Thurbide. La propriétaire d’un refuge, l’Arche de Kathleen, a récupéré le pauvre chien blessé.

« Mario était vraiment magané, il était dans une mare de sang. Sa face était ouverte et il était agressif, » raconte madame Marcotte.

Au refuge, elle a pris soin de lui et l’a fait examiner par un vétérinaire. « Ils ont trouvé des plombs dans son visage, on lui a tiré en pleine figure, » se désole-t-elle.

Après avoir appris sa mésaventure sur les réseaux sociaux, Kathleen Marcotte a porté plainte à la Sûreté du Québec qui a ouvert une enquête.

Un témoin voulant demeurer anonyme a entendu dire que le propriétaire de Mario voulait s’en débarrasser, et que les gens disaient qu’il était déjà mort et enterré. Le reste, est digne d’un film d’horreur.

Madame Marcotte dit que le propriétaire avait demandé à un voisin d’abattre son husky croisé avant de l’enterrer. Toujours en vie, il s’est échappé de sa tombe avant d’être retrouvé une douzaine de kilomètres plus loin.

Depuis, il a été opéré afin de retirer les plombs, et devra être opéré à nouveau. « Il faut lui retirer son œil qui a été crevé par un projectile, » explique un membre de l’équipe de la clinique vétérinaire Saint-Raymond, où Mario est soigné.

Au lieu d’en vouloir aux coupables, Madame Marcotte se concentre sur le bien-être du chien. « Je n’entre pas dans le jeu de la haine, je vais laisser la justice faire son travail. »

Si des plaintes sont déposées par la Sûreté du Québec, le ou les coupables peuvent être passibles d’une amende pouvant chiffrer jusqu’à 10 000 $ et risquent une peine d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans.

À part le refuge L’Arche de Kathleen, il n’y a aucun service de protection des animaux dans la région, et les propriétaires voulant se départir de leur animal ont donc bien peu de ressources.

« Les lois changent, mais beaucoup de villes n’ont pas encore de services, » dit Madame Marcotte. « Ce n’est pas normal d’abattre et enterrer son chien, ça me lève le cœur. »

Elle se réjouit que le gouvernement provincial ait durci la réglementation de protection des animaux, mais il reste bien du chemin à faire au niveau des municipalités.

« Il y a certaines villes qui ont un service de contrôle animalier, ça a permis de prendre le dessus sur la maltraitance. Ailleurs, il n’y a rien du tout et les animaux sont sans ressources. La Sûreté du Québec a besoin d’appui pour ces demandes. »

À la clinique vétérinaire Saint-Raymond, le fait que la maltraitance et la négligence existent encore choque. « C’est déplorable, surtout quand on sait que les animaux ressentent autant la douleur que les humains. Ça n’a pas lieu d’être, » explique une des vétérinaires qui a pris en charge Mario. « Malheureusement, les gens qui maltraitent un animal, ne seront pas ceux qui l’emmèneront chez le vétérinaire. »

Cette histoire aura en tout cas bien sensibilisé les gens de Portneuf à cette triste réalité.

« Ça s’est vite répandu, tout le monde est choqué, » dit un témoin, collaborant à l’enquête de la Sûreté du Québec.

Kathleen Marcotte, quant à elle, souhaite ne plus revivre de telles histoires. « Mario est un cas extrême, mais il faut savoir que ça existe et qu’il faut prendre des actions, » dit-elle. Espérons que cette histoire ne soit qu’isolée pour le moment.

Voici les photos:  

Partager sur Facebook
1,247 1.2k Partages

Source: journaldequebec.com/2016/05/27/un-survivant-de-lhorreur · Crédit Photo: Facebook / Refuge Canin l'Arche de Kathleen