Images : Une femme donne à ces pilotes des biscuits. Ils les mangent avec le sourire jusqu'à ce qu'ils voient la note qui les accompagne, ils sont détruits.

Une femme donne à ces pilotes des biscuits. Ils les mangent avec le sourire jusqu'à ce qu'ils voient la note qui les accompagne, ils sont détruits.

Une histoire touchante...

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
4,361 4.4k Partages

Tchad, un pilote, partage une histoire incroyable qui a touché beaucoup de cœurs à travers le monde.

« Parfois, les cadeaux les plus importants sont involontaires. Je me suis approché du cockpit afin d’examiner les préparatifs pour mon dernier vol de la journée, d’Atlanta à Macon. C’était le soir de Noël, il était 19h30 et pendant que ma mère préparait la dinde, j’étais occupé à emmener mes passagers chez les leurs. 

J’ai entendu un murmure derrière moi et me suis retourné. Il y avait un garçon de neuf ans, le regard fixé sur le tableau de bord. Quand je l’ai vu, il s’est retourné « Attends, » l’ai-je appelé. « Viens ici. »

J’avais à peu près le même âge quand j’ai vu le tableau de bord d’un avion de bord pour la première fois, illuminé comme un arbre de Noël. J’ai eu du mal à attendre la réception de mes ailes de pilote. Maintenant, j’avais 24 ans, et je co-pilotais pour une grande compagnie aérienne. Je passais mes premières fêtes loin de la maison.

Le garçon s’est avancé dans le cockpit. « Je m’appelle Tchad, » lui dis-je en lui tendant la main. Il me l’a serrée avec un sourire timide. « Moi c’est Sam. » Il a regardé le siège vide à côté de moi. « Est-ce pour le pilote ? »

« Oui, tu as raison. » J’ai tapoté le revêtement. « Veux-tu rester là ? »

Il m’a regardé avec de grands yeux. « Je ne sais pas… je peux ? » J’ai baissé le siège pour qu’il s’assoie. Jim, le pilote, aime expliquer comment l’appareil fonctionne, mais qu’aurait-il pensé s’il y avait quelqu’un sur son siège ?

J’ai regardé les convois monter les valises dans l’avion, en pensant aux cadeaux que je ne pouvais pas donner à mes parents ou mes amis ce Noël. Sam m’a raconté que sa famille et lui partaient de Memphis. Le pilote pouvait revenir à tout moment, mais je n’osais pas briser la joie de cet enfant et continuai de lui expliquer à quoi servaient tous ces boutons.

Puis, Jim est arrivé. « Comment allez-vous compagnons ? » Sam l’a accueilli avec un grand sourire. « Tu sais fiston, ça ne me dérange pas que tu restes avec nous un moment, tant que tu me laisses m’asseoir. » Sam a laissé son siège au pilote et j’ai continué mon petit exposé.

Nous nous préparions à décoller. Je pensais que Jim enverrait Sam à sa place, mais nous avons continué à enclencher les appareils. En fait, Jim a laissé Sam s’asseoir dans son siège et nous a laissé procéder au décollage. Je guidais Sam qui enclenchait les boutons que je lui indiquais.

Après avoir appuyé sur un bouton pour démarrer le moteur, avec ses deux mains, il a remonté le levier du carburant et les moteurs ont vrombit. J’ai remercié Sam de son aide.

« Non, merci monsieur ! » dit-il. « C’était fantastique ! »

Il semblait être sur le point de pleurer. Il est retourné avec sa famille et nous sommes arrivés 40 minutes plus tard à Macon.

Le lendemain, quand nous sommes passés au poste d’Atlanta, l’un des officiers de l’entrée nous interpella Jim et moi : « Hé les gars, la mère d’un enfant est venu ce matin. Elle voulait s’assurer que je vous remercie d’avoir montré les contrôles à son fils la nuit dernière. Il ne pouvait s’arrêter d’en parler. Voilà pour vous. »

Il nous a tendu une boîte rouge. Elle contenait des biscuits au chocolat. Une note l’accompagnait et Jim s’est mis à lire la note, avant de me dire « Le petit Sam a le cancer, » puis il a lit le mot à haute voix.

« Chers messieurs,

Merci d’avoir permis à Sam de voir comment fonctionne l’avion. Sam a un cancer et doit recevoir une chimiothérapie à Memphis. C’était la première fois qu’il rentre à la maison depuis qu’il a commencé son traitement. Nous avons été à l’hôpital en voiture, mais comme il adore les avions, nous avons décidé de prendre un vol pour rentrer. Je ne suis pas certaine qu’un jour il pourra le faire de nouveau.

Selon son médecin, Sam n’a encore que quelques mois à vivre. Il a toujours rêvé de devenir pilote de ligne. Ce vol que nous avons pris était excitant pour lui. Vous lui avez offert le plus beau cadeau de Noël qui soit. Pendant quelques minutes, son rêve est devenu réalité. »

Quand je me suis retourné pour regard Jim, il avait encore la note en main, un agent de bord est venu nous prévenir que les passagers étaient prêts à l’embarquement. Nous avons été prendre place et passions en revue la liste de contrôle.

J’aurais voulu être à la maison avec mes proches, mais Sam m’a appris que les plus beaux cadeaux viennent parfois des inconnus. »

Partager sur Facebook
4,361 4.4k Partages

Source: No Lo Creo · Crédit Photo: Flickr