Images : Une femme emprisonnée pour avoir publié cette photo sur les réseaux sociaux.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Une femme emprisonnée pour avoir publié cette photo sur les réseaux sociaux.

C'est du gros n'importe quoi!

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
4 4 Partages

Rehana Fathima est une femme d'origine indienne qui travaille comme technicienne en télécommunications. Mais elle est aussi mannequin et activiste. 

Le mois dernier, la jeune femme a tenté d'entrer le temple Hindou Sabarimala, mais elle a été arrêtée par des gens sur place.

« L'accès au temple est interdit, par les hindouistes, aux femmes en âge d'avoir des règles soit entre 10 et 50 ans. En septembre 2018 la Cour suprême d'Inde a révoqué cette interdiction1, mais malgré celà, des hindouistes extrémistes ont empêché les femmes qui le souhaitaient, de s'en approcher pendant les quelques jours d'octobre où il était ouvert2 et ce, malgré la protection policière », peut-on lire sur Wikipédia. 

Mais la jeune activiste n'allait pas s'arrêter là. 

La jeune femme s'est habillée en pélerin pour ensuite exposer ses cuisses dans une photo Facebook, en octobre dernier. Sur la photo, on la voit habillée en noir, son front était recouvert de pâte de bois de santal comme le veut la tradition hindoue et ses genoux se relevaient pour imiter la pose classique d'Ayyappa.

Cet acte délibéré a mené à son arrestation, mardi dernier, et à des accusations pour avoir « exposé ses cuisses ». Eh oui! La jeune femme a été condamnée à 14 jours de prison pour avoir « blesser les sentiments religieux » de certains croyants, mais aussi parce que sa photo était jugée comme étant « sexuellement explicite ». Rehana a aussi choqué parce qu'elle est musulmane. Elle a reçu de nombreux commentaires négatifs et violents, dont des menaces de viol. 

Rehana Fathima a tenté de s'opposer à son arrestation, mais cela n'a pas fonctionné. Sa famille a l'intention de payer une caution pour la faire sortir, mais on ignore toujours si cela sera possible.

Devant cette nouvelle controverse, Rehana Fathima a même été suspendue de son travail jusqu'à ce que l'enquête soit terminée! 

Arathy, une amie de Rehana, a pris la parole dans les médias pour aller à la défense de la jeune femme. Selon elle, Rehana n'a fait de mal à personne et elle n'avait aucune mauvaise intention. 

« Et que fait-on de ses hommes qui vont à Sabarimala torse nu ou qui exposent leur cuisses? En quoi cela n'est pas aussi " sexuellement explicite " ? », a-t-elle questionné alors qu'elle était en entrevue avec la BBC. 

« Ce sont ces personnes qui créent une discorde religieuse. Sabarimala autorise tous les hommes, quelle que soit leur religion. Seules les femmes ne sont pas autorisées à pénétrer dans le sanctuaire », a-t-elle ajouté. 

L’ouverture du temple aux femmes est loin de faire l'unanimité en Inde. Les activistes féministes disent que cette interdiction découle du patriarcat et est désuète, tandis que ceux qui sont en faveur de garder les femmes à distance disent protéger leur divinité conformément à la croyance traditionnelle selon laquelle les femmes en âge de menstruer menacent son célibat. Des milliers de manifestants, dont plusieurs femmes, ont bloqué des routes, attaqué des fidèles et vandalisé des biens pour empêcher les femmes d'entrer dans le sanctuaire.

Si l'on ne peut pas tout changer du jour au lendemain, espérons au moins que Rehana Fathima puisse bientôt sortir de prison!

Partager sur Facebook
4 4 Partages

Source: BBC
Crédit Photo: Capture d'écran