Images : Une jeune femme enlace une SDF dans un resto, la raison est bouleversante et la photo fait le tour du monde!

Une jeune femme enlace une SDF dans un resto, la raison est bouleversante et la photo fait le tour du monde!

La photo a ému des millions de personnes!

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
459 459 Partages

Carmen Mendez, une jeune Californienne, était en train de prendre son repas, quand elle a remarqué une sans-abri accoster tous les clients du restaurant, leur demandant s’ils voulaient bien lui laisser leurs restes. Carmen a mal devant cette scène, voici ce qu’elle a fait quand la dame est venue l’aborder…

« Mon petit ami et moi étions sortis dîner tard, pendant que nous attendions pour commander, cette dame sans-abri est entrée et s’est mise à demander aux gens si elle pouvait avoir leurs restes.

Tous l’ont ignorée et ont jeté leurs restes, et ça m’a brisé le cœur.

Je suis bénévole depuis des années auprès des sans-abris. Ils ne me répugnent pas. Alors, j’ai dit à mon copain : quand on aura fini de manger, si je la vois, je lui offrirai ma nourriture.

Alors qu’on se préparait à partir, je ne la voyais plus. J’étais attristée par le rejet auquel elle a fait face, alors qu’elle ne cherchait qu’à manger.

J’allais jeter mon aile de poulet et mes cinq frites, quand j’ai entendu une voix calme me demander si j’avais des restes. C’était elle. Je lui ai donné ma nourriture, et l'ai observée alors qu’elle s’asseyait et mangeait. Quelque chose n’allait pas.

Je me sentais mal de ne lui laisser que ça. Elle méritait plus. Je lui ai payé un repas entier et supplié l’employé de ne pas la mettre dehors, alors qu’on attendait

Je voyais les grimaces de dégoût sur le visage des gens alors qu’elle s’est installée. Oui, les sans-abris ne sentent pas le savon.

Elle se préparait à partir quand je lui ai amené son repas. Son regard en disait long. Je n’avais jamais ressenti ça. C’était un merci, si pur et si vrai. J’ai ressenti quelque chose pour la première fois quand elle m’a prise dans ses bras. Ses larmes me touchèrent le cœur. »

« Je l’ai serrée bien fort dans mes bras.

Je n’oublierai jamais cet instant. Ne jugez pas les sans-abris. Ils ne le sont pas par fainéantise ou à cause de la drogue. » 

Partager sur Facebook
459 459 Partages

Source: feroce.co/carmen-mendez/ · Crédit Photo: Facebook / Carmen Mendez