Images : Une photographe montre les ravages destructeurs de l'endométriose avec un cliché bouleversant

Une photographe montre les ravages destructeurs de l'endométriose avec un cliché bouleversant

Une photo marquante

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
1,031 1.0k Partages

Une femme sur dix est touchée par l'endométriose. Une photographe a décidé de montrer les ravages de cette maladie encore peu connue du grand public.

Les clichés de Wileman sont exposés depuis le 15 novembre à la National Portrait Gallery de Londres.

L'une des photos montre les cicatrices qu'ont laissé les cinq opérations chirurgicales qu'a subi la photographe en trois ans. 

La photo a été partagée sur Instagram et a été aimée plus de 5000 fois.

"Je voulais montrer en images à quoi peut ressembler la réalité de cette maladie. Pour beaucoup, ce sont des crampes paralysantes ou semblables à celles de la grossesse quand elles ont leurs règles, chaque mois, pour d'autres, c'est une douleur quasi constante qu'elles doivent affronter chaque jour" écrit Wileman sur son blog.

L'endométriose est une maladie qui se déclenche lorsqu'un tissu semblable à celui qui recouvre l'utérus se développe dans d'autres parties du corps.

La maladie entraine des lésions, des kystes et des adhérences chez la femme affectée. L'endométriose peut également rendre stérile.

Elle est également difficile à diagnostiquer: "La première fois que je suis tombée gravement malade, à 13 ans, on m'a renvoyé devant un psychothérapeute avec un diagnostic erroné de dépression" raconte la photographe.

Sur son blog, Georgie Wileman parle aussi de ses nombreux séjours à l'hôpital et des nombreux traitements qu'elle a dû prendre. 

La photographe n'a pas pu assister à l'inauguration de sa propre exposition: "Je n'ai pas pu assister à la visite privée à cause d'une douleur continue et d'une prochaine opération" explique-t-elle.

"Voir les photos qu'ils m'ont envoyé et entendre les nombreuses conversations déclenchées par cette photographie était profondément bouleversant" ajoute Georgie Wileman.

"La façon selon laquelle l'endométriose et la douleur des femmes sont traitées doit être revue, trop de femmes ont souffert pendant trop longtemps. Nous devons avoir cette discussion, nous avons besoin de changement" conclut-elle.

Partager sur Facebook
1,031 1.0k Partages

Source: Huffington Post · Crédit Photo: Instagram de Lenny