Images : Victime d'une pratique qui semble anodine, elle tombe enceinte.

Victime d'une pratique qui semble anodine, elle tombe enceinte.

Une forme d'agression sexuelle...

Publié le par Ayoye dans Images
Partager sur Facebook
270 270 Partages

Une femme qui été bernée par son compagnon, et est retombée enceinte, dit que si elle avait su que ce qu’il a fait était une agression sexuelle, elle l’aurait poursuivi en justice.

L’australienne de 31 ans qui tient à garder l’anonymat est en couple avec son conjoint depuis 2000. Elle est tombée enceinte de leur premier enfant et tout allait bien, toutefois, son conjoint faisait pression pour avoir des relations sexuelles.

Avec une hésitation compréhensible, elle a fini par accepter, tant qu’il portait un condom car elle ne voulait pas retomber enceinte de nouveau. Elle croyait alors qu’il se protégeait et était choquée de découvrir que six semaines après la naissance de leur premier enfant, elle était enceinte de nouveau.

« Je lui ai dit que j’aurais des rapports avec lui plus tôt que je l’aurais voulu, mais qu’il devait mettre un condom. Je lui ai fait comprendre que je ne voulais pas retomber enceinte. Je me suis assurée de le voir le mettre. Je le voyais faire, alors j’ai pensé que tout était bon. Je n’ai pas vérifié au cours du rapport. »

Elle a confronté son conjoint, qui lui a souri malicieusement et lui a dit qu’il avait retiré le condom pendant les rapports, mais qu’elle n’avait pas remarqué et se demandait ce qui était le problème.

La jeune femme ne voulait jamais se faire avorter et son conjoint le savait. « J’étais furieuse, mais il l’avait déjà fait et le bébé était là. À ce moment, j’ai pensé que c’était une forme d’abus, mais je n’arrivais pas à l’identifier. »

Après avoir lu des témoignages d’autres femmes, elle a réalisé qu’il s’agissait d’une forme d’agression sexuelle.

Le fait de retirer le condom en plein acte sans l’accord des deux partenaires expose la femme à des risques de grossesse, mais aussi à des risques de transmissions d’infections et maladies. La pratique connue sous le nom de « stealthing » pourrait même être reconnue comme une agression sexuelle criminellement parlant.

Partager sur Facebook
270 270 Partages

Source: The Lad Bible · Crédit Photo: PA Images