Un homme frôle la mort suite à une séance de masturbation trop intense.

Un homme du Japon a failli mourir en se masturbant.

Ayoye
Un homme frôle la mort suite à une séance de masturbation trop intense.

Un homme du Japon a failli mourir en se masturbant.

Selon ce que le Daily Mail a rapporté, l’homme dont l’identité n’a pas été révélée est âgé de 51 ans et il se masturbait plusieurs fois par jour.

Or, voilà qu’une de ses séances d’autosatisfaction a failli tourner au drame, car l’homme aurait été victime d’un accident vasculaire cérébral quelques instants seulement après avoir éjaculé.

Bien des gens l’ignorent, mais ce type d’accident peut survenir à la suite d’une relation sexuelle, en toussant ou même en se rendant aux toilettes.

Toujours selon ce que le Daily Mail a rapporté, l’homme de 51 ans aurait tout d’abord commencé à ressentir de puissants maux de tête, puis il aurait commencé à vomir.

Puisque l’homme a senti que quelque chose clochait, il s’est aussitôt rendu à l’hôpital universitaire de la ville de Nagoya où les médecins ont découvert qu’il avait subi une baisse de pression artérielle. De plus, étant donné que l’homme disait se sentir désorienté, les médecins n’ont pas perdu temps, car il s’agissait là de deux signes révélateurs d’un accident vasculaire cérébral.

L’homme a donc subi une tomodensitométrie de son cerveau et les résultats ont indiqué qu’il avait subi une hémorragie sous-arachnoïdienne; un type d’accident vasculaire cérébral potentiellement mortel causé par la rupture d’un vaisseau sanguin dans son cerveau.

Après deux semaines d’hospitalisation où il a été sous surveillance, l’homme a pu obtenir son congé d’hôpital et il est maintenant hors de danger.

Un rapport a été produit par le Dr Masahiro Oomura et celui-ci a été publié dans le Journal of Stroke and Cerebrovascular Disease.

Le NHS a d’ailleurs réagi à cette histoire en affirmant que les saignements cérébraux peuvent se produire à la suite d’un effort physique, comme soulever quelque chose de lourd ou avoir des relations sexuelles. 

On dénombre environ 4 800 cas d’hémorragies sous-arachnoïdiens chaque année au Royaume-Uni et ceux-ci sont plus fréquents chez les personnes âgées de 45 à 70 ans. 

Le Dr Daniel Walsh, neurochirurgien cérébrovasculaire consultant au King’s College Hospital NHS Foundation Trust, s'est toutefois montré très rassurant en expliquant à Daily Mail que même si les activités sexuelles de diverses sortes, y compris la masturbation, sont liées à entre 3,8 pour cent et 14 pour cent de tous les cas d’hémorragie sous-arachnoïdienne, il existe bien d'autres façons de prévenir ce type d'accident que de se priver des joies de la sexualité : « Sur une note positive, vous ferez probablement plus pour prévenir une hémorragie sous-arachnoïdienne en évitant de fumer, de prendre des drogues récréatives et de gérer une pression artérielle élevée avec votre médecin généraliste que de vous abstenir de rapports sexuels sous toutes ses formes. »