Un homme qui roule à 306 km/h évite une contravention car il va trop vite pour le radar

Il aurait trouvé une faille dans le Code de la route

Ayoye
Un homme qui roule à 306 km/h évite une contravention car il va trop vite pour le radar

C’est une histoire rocambolesque qui s’est déroulée en Belgique récemment. Alors qu’un homme roulait à une vitesse de 306 km/h, le radar n’a pas pu prendre de photo car ce dernier roulait trop vite.

Un automobiliste a trouvé une faille dans le Code de la route belge alors qu’il n’a jamais reçu de contravention malgré un important excès de vitesse de près de 200 km/h.

En effet, c’est à 306 km/h que ce dernier a été flashé sur l'E313 près de Bassenge, dans la province de Liège en Belgique. Pourtant, la police n’a pu émettre de ticket à ce hors-la-loi, puisque seul le chiffre a été retenu par le radar. Aucune photo n’a pu être prise pour l’identifier puisqu’il roulait trop vite pour l’appareil. 

Le radar en question est appelé un « K7 » et est embarqué par les policiers dans leur automobile de patrouille. Mais selon les configurations de l’engin, celui-ci ne peut prendre de photo au-delà de 300 km/h. Donc sans photo, pas de numéro de plaque d’immatriculation pour retrouver l’automobiliste. 

Plusieurs personnes se sont donc demandé la raison de cette limite et selon le fournisseur du radar, c’est bien un arrêté royal qui a fixé le chiffre de 300 km/h. En effet, en vertu des règles belges, un radar ne pourra pas photographier une voiture qui roule à une vitesse plus élevée que 300 km/h.

Le journal français, Le Dauphiné, a par la même occasion interrogé un avocat du droit automobile pour savoir si cette pratique était répandue ailleurs qu’en Belgique et voici sa réponse : 

« Même si cette histoire s'est produite sur le territoire belge, la situation est à peu près la même sur le sol français. Les forces de l’ordre utilisent des radars, et ceux-ci ont chacun une homologation spécifique. Chaque radar fait l’objet d’un décret qui délimite la vitesse minimale et maximale de contrôle » explique Maître Jean-Baptiste Le Dall.

On n’a toutefois aucune certitude sur le territoire québécois et canadien, alors le mieux que l’on peut vous conseiller et bien évidemment de respecter toutes les limitations de vitesses qui sont mises en place pour votre sécurité, ainsi que celles des autres !