Une accro au sexe se confie à propos du moment où elle a touché le fond

Elle affirme avoir couché avec 700 hommes

Ayoye

Une femme qui affirme avoir couché avec 700 personnes s'est confiée au sujet de la période de sa vie où elle juge avoir atteint le fond du baril, rapporte LADbible.

Belinda «Love» Rygier gagne sa vie en tant que «coach intuitive en amour-confiance» et si elle arrive à «soutenir les personnes aux prises avec la douleur et les traumatismes», c'est notamment grâce à son passé très mouvementé.

Lors d'une entrevue avec Mail Online, la jeune femme a expliqué: «Je faisais l'épicerie et je me disais : "Oh, je me demande s'il serait intéressé ?"»

Mme Rygier trouvait la majorité de ses partenaires sexuels, qui comprenaient des hommes et des femmes, dans des bars et des boîtes de nuit, et très souvent, elle abandonnait ses amis pour se lancer dans une nouvelle relation: «Je n'ai jamais été consciente de moi-même. Dès que je suis sortie, je me disais: "Où est un mec sexy ?" Le sexe est la seule dépendance pour laquelle je suis tombée parce qu'elle me faisait me sentir aimée. L'amour est vraiment ce qui me manquait dans ma vie.»

Crédit photo: Courtoisie
Crédit photo: Courtoisie

C'est après avoir subi de la violence de la part d'un homme avec qui elle couchait que la jeune femme a décidé de rediriger sa vie: «Quand il m'a poussée dans les escaliers et m'a enfermée dans le garage, j'ai eu un œil au beurre noir et ils ont pensé que ma main était cassée. C'était plutôt grave. [...] Je suis allée travailler et ils m'ont renvoyée chez moi. La police est venue et ils ont dit que parce qu'il avait une égratignure sur le bras à cause de ma bague, après avoir essayé de le faire sortir de moi, nous pourrions tous les deux aller en prison pour violence domestique.»

La jeune femme a alors changé de mode de vie et elle a commencé à suivre des ateliers de développement personnel qui l'ont aidée à faire face à son enfance compliquée et à sa personnalité d'évitement.

Les traitements ont si bien fonctionné qu'aujourd'hui, c'est Mme Rygier qui organise des ateliers pour aider les autres.

Enfin, même si certains trolls s'amusent parfois à tenter de la blesser en publiant des commentaires obscènes et sexuels, Mme Rygier est déterminée à poursuivre son travail pour aider les gens à réaliser que l'amour n'est pas une «compétition» ou un «défi», une croyance commune des toxicomanes du sexe: «Vous devez guérir la blessure, vous aimer, comprendre votre style d'attachement et aimer le langage pour guérir.»