Walmart condamné à payer 125 millions $ à une employée trisomique

Renvoyée injustement.

Ayoye

Walmart a été condamné à payer plus de 125 millions de dollars à une vendeuse trisomique qui a été licenciée par le géant américain, rapporte Bloomber Law. 

C'est ce qu'a tranché un jury fédéral américain de Green Bay, dans l'État du Wisconsin, vendredi. 

Marlo Spaeth avait été remerciée en juillet 2015 et elle arguait que c'était en raison de son handicap. Le jury a conclu que Walmart savait que son employée nécessitait un aménagement spécial et que cela n'aurait pas imposé de contrainte excessive.  

« Nous ne tolérons aucune forme de discrimination et nous accueillons régulièrement des milliers d'associés chaque année.  Nous ajustons souvent les horaires des associés pour répondre aux attentes de nos clients et, bien que l'horaire de Mme Spaeth ait été ajusté, il est resté dans les délais qu'elle a indiqués qu'elle était disponible. Nous sommes sensibles à cette situation et pensons que nous aurions pu résoudre ce problème avec Mme Spaeth, mais les demandes de la Commission pour l'égalité des chances dans l'emploi  étaient déraisonnables », a déclaré Randy Hargrove de Walmart à Bloomberg Law, en ajoutant que Walmart examinait ses autres options juridiques. 

Le jury a conclu que l'entreprise n'avait pas pris en compte le handicap de l'employée et l'a licenciée parce qu'elle est handicapée, en violation de l'Americans with Disabilities Act.

Mme Spaeth avait demandé à son employeur d'ajuster ses heures pour revenir à son ancien horaire, mais Walmart aurait plutôt choisi de licencier la dame, a fait savoir la Commission pour l'égalité des chances dans l'emploi. 

Selon la Commission, les preuves présentées au procès montrent que l'employée avait eu des évaluations positives durant ses 16 ans à l'emploi du géant américain. 

« Le verdict substantiel du jury dans cette affaire envoie un message fort aux employeurs que la discrimination fondée sur le handicap est inacceptable sur les lieux de travail de notre pays. Tous ceux qui se présentent pour garantir le droit à un lieu de travail exempt de discrimination rendent service à notre nation. Merci à eux et à mes collègues de la Commission, dont l'excellent travail d'enquête et de traitement de l'affaire a rendu possible ce verdict important », a déclaré la présidente de la Commission, Charlotte A. Burrows.