Des élèves scandalisés par le look extravagant d'une enseignante transgenre

Toutefois, elle est considérée comme « une enseignante extrêmement efficace » par le conseil scolaire

Ayoye

Une professeure transgenre de l'Ontario est au coeur d'une controverse en raison de son apparence que certains parents jugent comme étant « clownesque et déplacée », rapporte TVA Nouvelles.

L'enseignante transgenre qui est visée par ces critiques n'a pas été identifiée par le conseil scolaire, mais des photos et des vidéos la montrant ont abondamment circulé sur le web.

Dans les images mettant l'enseignante en vedette, on peut la voir avec de faux seins gigantesques, une perruque blonde, ainsi qu'une jupe sexy.

Du côté des autorités scolaires d'Oakville, celles-ci soutiennent que l'enseignante de menuiserie a toujours fait preuve d'un professionnalisme impeccable.

Crédit photo: Courtoisie
Crédit photo: Courtoisie

Dans une vidéo qui est devenue virale, on peut voir l'enseignante se servir d'une scie en classe, alors que d'autres images la montrent dans des tenues très extravagantes.

Tandis que le Toronto Sun affirme que des élèves ont décidé de ne pas se présenter aux cours parce qu'ils étaient perturbés, un étudiant a exprimé sur Twitter qu'il ne serait pas le seul à ressentir un malaise quant à l'apparence de l'enseignante: « Les jeunes ici ne pensent certainement pas que c’est normal... mais dans les faits, nous ne pouvons rien dire. »

La présidente du conseil scolaire du district de Halton, Margo Shuttleworth, a admis pour sa part que l'enseignante avait récemment fait l'objet de plaintes, tout en assurant que le conseil scolaire travaillait sur un « plan de sécurité » pour qu’elle « soit protégée ».

Comme l'a indiqué Mme Shuttleworth, la protection des « droits de genre » est « la position adoptée par la commission scolaire et elle soutient l'enseignant ».

Crédit photo: Courtoisie
Crédit photo: Courtoisie

Mme Shuttleworth a même insisté à l'effet que « Cette enseignante est une enseignante extrêmement efficace ».

Du côté de l'avocate Sunira Chaudhry, celle-ci dit croire qu'un établissement scolaire devrait intervenir « si un enseignant arrivait avec des seins naturels, des mamelons saillants, un haut décolleté et sans soutien-gorge ».

L'avocate a précisé: « [La tenue] me paraît sexiste, à cause du caractère exagéré de ces seins aux tétons saillants. Je pense que beaucoup de jeunes femmes à l'école ne se sentiraient pas seulement mal à l'aise, elles se sentiraient moquées. »

Enfin, plusieurs intervenants ont précisé que ce débat n'était pas lié au fait que l'enseignante soit transgenre, mais bien à ses choix vestimentaires.