Des policiers anti-mesures sanitaires ont participé à un rassemblement de complotistes

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête

Ayoye
Des policiers anti-mesures sanitaires ont participé à un rassemblement de complotistes

Trois policiers de la Sûreté du Québec (SQ) font l'objet d'une enquête disciplinaire, car ceux-ci ont assisté à un rassemblement de complotistes, rapporte TVA Nouvelles.

C'est dans une vidéo qui a été diffusée sur le web le 30 décembre dernier que l'on peut y voir les trois policiers, dont deux agents qui affirment avoir un malaise à faire appliquer les mesures sanitaires.

Dans la vidéo, on peut notamment entendre Marie-Claude Nadeau, une agente qui patrouille dans la MRC des Maskoutains, en Montérégie, affirmer devant des partisans non masqués: "Je vis un conflit de loyauté parce que je dois appliquer de nouvelles recommandations décidées par décret et non votées par l’ensemble des élus à l’Assemblée nationale qui sont contre mes valeurs parce qu’elles se veulent discriminatoires. [...] Je ne pourrai servir cette justice de manière intègre."

Un autre policier prend la parole dans cette vidéo et il s'agit d'Ion Patras. Ce dernier s'est aussi clairement positionné contre les mesures sanitaires en déclarant: "Nous ne pouvons pas participer aveuglément à l’exécution d’un mandat qui viole les lois de notre pays. [...] En tant que policier, je me prononce pour le respect de l’autonomie corporelle et le libre choix de l’individu de recevoir ou non des traitements médicaux."

M. Patras a aussi ajouté que selon lui, les médias et le gouvernement exercent un contrôle total de l’information divulguée au public.

Pour ce qui est du troisième policier à avoir pris part à ce rassemblement, il s'agit de Stéphane Lamarre, un moniteur en sécurité routière qui travaille au poste de la SQ de Boucherville.

M. Lamarre n'a pas pris la parole lors du rassemblement, mais il est apparu dans une vidéo faisant la promotion de Police for Freedom, un mouvement né en Espagne au début de la pandémie, pour revendiquer que les mesures sanitaires décrétées par Madrid étaient liberticides et disproportionnées.

Enfin, une source policière a révélé à TVA Nouvelles que les discours entendus lors de ce rassemblement suivaient l’idéologie selon laquelle la Charte canadienne des droits et libertés et la Constitution rendent inapplicables les décrets adoptés par le Conseil des ministres de François Legault: "Ils s’inspirent clairement de l’idéologie Freeman on the Land. [...] C’est-à-dire qu’ils ne se considèrent pas comme liés aux lois votées par l’État."