« Il faut respecter l’esprit d’autonomie de notre nation », prévient Geneviève Guilbault

La vice-première ministre a mis en garde le prochain gouvernement fédéral

Ayoye
« Il faut respecter l’esprit d’autonomie de notre nation », prévient Geneviève Guilbault

Dans une entrevue à l'émission Les coulisses du pouvoir, Geneviève Guilbault a mis en garde les partis fédéraux, rapporte Radio-Canada.

La vice-première ministre ne veut pas que le prochain gouvernement fédéral empiète sur les champs de compétence du Québec.

« Il y a une Constitution. Il faut respecter l’esprit d’autonomie de notre nation », a-t-elle notamment déclaré.

« À ce que je sache, on est capable de prendre nos propres décisions. Ce n’est pas au fédéral de nous dire comment gérer notre argent », a-t-elle ajouté.

Geneviève Guilbault a également abordé l'entente signée entre Justin Trudeau et François Legault concernant le financement du système de garderies subventionnées. Elle espère que le prochain gouvernement fédéral respectera cette entente.

« Moi, je verrais très mal, surtout si on se retrouve éventuellement avec un gouvernement minoritaire, quel qu’il soit, quel que soit le parti qui le forme, je verrais très mal un gouvernement venir déchirer cette entente-là »

La vice-première ministre est aussi revenue sur le projet de loi 96 qui doit être bientôt étudié en commission parlementaire.

« Il faut que chacun s’occupe de ses propres affaires. Je pense que le fédéral en a en masse de son côté (...) Ils ont de la misère à donner un chèque à leurs employés », a-t-elle lancé.

Enfin, Geneviève Guilbault est également revenue sur le traitement d'Yves-François Blanchet lors du débat des chefs en anglais.

« C’est totalement inacceptable. On ne peut pas poser des questions comme ça puis taxer une nation comme le Québec de ce genre d’adjectifs là, d’être discriminatoire, d’être raciste », s'est-elle indignée.