« Je devais aller me faire masser pour me détendre et finalement je me suis fait tripoter »

Une jeune femme porte plainte contre un massothérapeute de Brossard.

Ayoye
« Je devais aller me faire masser pour me détendre et finalement je me suis fait tripoter »

Un massothérapeute fait l'objet d'une plainte après qu'il aurait fait des attouchements sexuels sur une jeune femme de 21 ans au SkySpa de Brossard, rapporte Le Journal de Montréal. 

Virginie Bruneau veut raconter son histoire afin que d'autres femmes qui auraient vécu la même chose portent plainte. 

« Je devais aller me faire masser pour me détendre et finalement je me suis fait tripoter », a-t-elle fait savoir au quotidien montréalais. 

Celle qui vit à Longueuil avait pris rendez-vous samedi au SkySpa pour un massage. 

« Tout se passait bien, jusqu’à ce qu’il retire la couverte, la descende jusqu’au bas de mes fesses, et retire du même coup mes petites culottes... Il a par la suite commencé à me toucher les fesses », illustre la jeune femme.

Le massothérapeute aurait ensuite massé son ventre, avant de lui « serrer très fort les seins avec ses deux mains », a-t-elle ajouté. 

« C’était très pénible, ça a été l’heure la plus longue de ma vie et c’était la deuxième fois de ma vie que j’allais me faire masser, donc au début, je ne savais pas trop si c’était normal », ajoute la jeune femme au Journal de Montréal

Ce n'est qu'en parlant de son malaise à sa mère qu'elle a compris qu'elle venait de subir une agression sexuelle. 

« Le lendemain, j’ai appelé le SkySpa pour déposer une plainte, et j’ai aussi fait une plainte à la police », a-t-elle ajouté.

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil a d'ailleurs confirmé au Journal de Montréal qu'une enquête avait été ouverte. 

« Je suis complètement estomaqué, choqué, ébranlé. Je n’en reviens pas que ça se soit passé à l’intérieur de nos murs », a réagi le président du groupe SkySpa, Patrick Rake, qui précise que l'homme était à contrat depuis quelques années à Brossard et que la relation d'affaires a été rompue à la suite de cette plainte. 

« C’est une situation qui est inacceptable. [Les massothérapeutes] savent que chez nous, c’est tolérance zéro », a ajouté le président du groupe SkySpa.

« J’espère pouvoir inspirer d’autres femmes à dénoncer. On est en 2021, il faut que ça change ! », ajoute de son côté la jeune femme.