L'Église catholique a fait 216 000 victimes mineures d’abus sexuels depuis 1950 en France

Entre 2900 à 3200 hommes ont pris part à ces agressions

Ayoye

Le rapport d'une commission d'enquête a dénoncé l'Église catholique pour avoir manifesté "jusqu'au début des années 2000 une indifférence profonde, et même cruelle à l'égard des victimes".

Jean-Marc Sauvé, qui est président de la Commission indépendante sur les abus dans l'Église (CIASE), a dévoilé les conclusions de cette vaste enquête sur l'ampleur de la pédocriminalité, tout en précisant qu'on estimait le nombre de victimes à plus de 330 000: "Ces nombres sont bien plus que préoccupants, ils sont accablants et ne peuvent en aucun cas rester sans suite."

Les résultats très troublants de ce rapport ont fait réagir le président de la Conférence des évêques de France, Éric de Moulins-Beaufort, qui a admis être bouleversé, tout en reconnaissant que le nombre de victimes l'avait grandement perturbé: "Mon désir en ce jour est de vous demander pardon, pardon à chacune et chacun."

Selon ce qu'a indiqué le président de la CIASE, le rapport estime minimalement qu'entre 2900 à 3200 hommes - prêtres ou religieux - ont pris part à ces agressions entre 1950 et 2020.

François Devaux, qui est cofondateur d'une association de victimes, a très bien accueilli ce rapport en appelant même à un concile "Vatican III": "Vous apportez enfin aux victimes une reconnaissance institutionnelle de toute la responsabilité de l'Église, ce dont les évêques et le pape n'ont pas été capables à ce jour. [...] Le système est déviant."

Du côté du pape François, ce dernier a réagi au rapport en exprimant tout d'abord son chagrin. Le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, a expliqué aux journalistes que le pape avait vivement réagi en prenant connaissance de ces informations troublantes: "Ses pensées se tournent en premier lieu vers les victimes, avec un immense chagrin pour leurs blessures et gratitude pour leur courage de dénoncer. Elles se tournent aussi vers l'Église de France, afin que, ayant pris conscience de cette effroyable réalité [...] elle puisse entreprendre la voie de la rédemption."

Enfin, Matteo Bruni a poursuivi en déclarant: "Le Saint-Père a été informé de la sortie du rapport de la CIASE, à l'occasion de ses rencontres, ces jours derniers, avec les évêques français en visite ad limina. Et c'est avec douleur qu'il a pris connaissance de son contenu. [...] Par ses prières, le pape confie au Seigneur le Peuple de Dieu qui est en France, tout spécialement les victimes, pour qu'il leur accorde le réconfort et la consolation et afin que, avec la justice, puisse s'accomplir le miracle de la guérison."