La mère de l'enfant de 7 ans raccompagné chez lui par la police à cause d'un impayé de cantine brise le silence

« Maman tout le monde s'est moqué de moi »

Ayoye
La mère de l'enfant de 7 ans raccompagné chez lui par la police à cause d'un impayé de cantine brise le silence

Après qu'un enfant de sept ans eut été raccompagné chez lui par la police durant la pause-déjeuner en raison d'une dette à la cantine, la mère du garçon a fait part de son indignation au JT TF1 mais également à l'émission Touche pas à mon poste!

Les faits sont survenus jeudi dernier à Saint-Médard-de-Guizières, en Gironde. Un policier a raccompagné chez lui l'enfant étant donné que sa mère doit près de 900 euros à la mairie à cause de la cantine. 

« Il était vraiment très mal. Il a très mal vécu que tous les copains, sa petite copine, lui fassent des remarques, du genre 'tu vas aller en prison', et d'être affiché devant l'école tout simplement », a-t-elle dénoncé.

La mère ne nie pas ses dettes, elle qui est sans emploi depuis deux ans. Elle dénonce toutefois la façon dont se sont déroulées les choses. 

La mère était également invitée de Touche pas à mon poste! où elle est revenue en détail sur cette affaire.

Un témoignage qui a suscité de vives réactions sur le plateau de l'émission.

« Il est pas bien », résume-t-elle en évoquant le moral de son fils

De son côté, la mairie explique que c'est depuis 2019 que cette situation perdure et que la mère avait été plusieurs fois avertie. « Elle a été maintes fois sollicitée pour essayer de trouver une solution pour régulariser sa dette. Elle n'a jamais donné suite. Donc on lui a proposé non seulement de prendre contact avec le Trésor public pour régulariser sa dette, mais aussi de ne pas laisser son enfant à la cantine jusqu'à la régularisation », précise la mairesse, Mireille Conte Jaubert. 

Néanmoins, les habitants du village sont divisés sur la question. 

« C'est honteux que ce soit la police municipale qui aille le chercher vis-à-vis des autres enfants », dénonce une résidente. 

« Je pense que l'enfant est la victime collatérale de cette histoire. Je pense que la maman a des torts, mais je ne crois pas que c'était la solution », ajoute un parent d'élève. 

De son côté, la mère de l'enfant escorté par un policier assure qu'elle paiera une première partie de sa dette au cours des prochains jours. Son enfant vient entre temps à la maison pour manger le midi.