Un complotiste préfère aller en prison que de porter un masque

Après plusieurs rappels à l'ordre, le juge n'avait plus d'autres moyens

Ayoye

C’est un choix particulier qu’a fait un antimasque québécois de 57 ans cette semaine, alors qu’il se présentait à la Cour municipale de Montréal. Plutôt que de se couvrir le visage, il a ainsi préféré passer plusieurs heures en prison. 

Pascal Antonin est un complotiste plus connu sous le nom de « Zurlu » sur les médias sociaux. Figure importante du mouvement antimasque, ce dernier a préféré passer une nuit en prison plutôt que de porter son masque lors de son audition à la Cour municipale de Montréal. 

L’homme originaire de Rivière-Rouge était présent à Montréal en raison d’accusations pour méfait. Mais alors que des policiers lui demandaient de porter son masque à son arrivée à la Cour, le complotiste a préféré se filmer, clamant sa volonté de rester sans masque.

En direct sur Facebook ce jeudi, Pascal Antonin expliquait que « Nous ne devons pas plier. C’est comme ça. C’est impossible. [...] Moi, je pense que si on continue comme ça, on a des chances de faire tomber ce système ».

Mais alors que les agents de sécurité lui demandent à plusieurs reprises de mettre un couvre-visage, le complotiste refuse. Un constable s’approche ainsi de Pascal Antonin afin de lui annoncer que le juge a déposé un mandat d’arrestation contre lui. 

Toute cette séquence a été diffusée sur les médias sociaux, pendant près d’une heure. Elle se termine ainsi par l’arrestation de « Zurlu » avant son transfert en centre de détention : « Les amis, je me fais arrêter dans 30 secondes, je vais arrêter ce live, prévenez tout le monde et le combat continue », explique-t-il en conclusion.

Il semblerait toutefois que cette nuit à la prison de Bordeaux, à Montréal, ait fait réfléchir Pascal Antonin. Vendredi matin, alors en visioconférence depuis le centre de détention, son avocat a précisé que « la détention a vraiment fait effet sur lui. Il s’engage à porter son masque à la prochaine date de cour pour pouvoir se présenter en salle ».

Le même juge qui avait ordonné son arrestation jeudi a donc autorisé sa libération : « Ce n’est pas de gaité de cœur que j'ai lancé le mandat, mais je ne voyais pas d’autres moyens »

Pascal Antonin se rendra une nouvelle fois à la Cour en mars 2022.