Un père lance un cri du coeur après avoir perdu sa fiancée dans un accident de la route.

«La seule chose qui m’accroche à la vie, c’est ma fille»

Ayoye
Un père lance un cri du coeur après avoir perdu sa fiancée dans un accident de la route.

Un homme qui a perdu sa conjointe dans un accident de la route implore le ministère des Transports d'agir le plus rapidement possible afin de sécuriser la route 169 entre Saint-Prime et Roberval.

Michael Allard est le père d'une fillette de 3 ans, Alyssia, et mercredi matin, il a perdu sa conjointe dans une violente collision sur la route 169 entre Saint-Prime et Roberval, au Lac-Saint-Jean.

Sa conjointe, Jessika Larouche-Gilbert, se trouvait à quelques mètres seulement de son lieu de travail lorsque sa voiture a été emboutie par-derrière, ce qui a fait en sorte que son véhicule a percuté de plein fouet une camionnette qui arrivait en sens inverse.
Michael Allard ne cache pas que le décès de sa conjointe a causé une immense onde de choc et il devra maintenant apprendre à sa fille à composer avec cette nouvelle réalité: "Le plus dur, c’est de l’expliquer à notre fille de 3 ans. Je n’ai pas encore eu le courage de le lui dire quand elle cherchait sa mère ce matin. Je lui ai juste dit qu’elle était partie pour un long voyage."

On rapporte au moins une dizaine d'accidents mortels qui sont survenus sur ce tronçon de route au cours des dernières décennies.

Le coroner Carol Gagné avait même stipulé dans un rapport en 2011 qu'il n'avait jamais vu un "tronçon de route aussi morbide et à risque d’accident ".

Dans ses recommandations, le coroner Carol Gagné avait notamment dit souhaiter que l'on procède à une reconfiguration complète de ce secteur, or peu de changements ont été apportés, à l'exception de l'ajout d'une double voie de dépassement, ainsi que l'éclairage qui a été amélioré.

Le cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, a réagi à ce cri du coeur de Michael Allard en précisant: "Nous allons effectuer des vérifications avec le ministère pour voir si des actions peuvent être posées à court terme et nous allons évidemment prendre connaissance des recommandations du coroner."

Pour sa part, Michael Allard affirme avoir de la difficulté à croire à de telles promesses: "Ils disent ça chaque fois et il ne se passe rien. On voit ce que ça a donné."