Un Québécois plaide la légitime défense après avoir tué son père à coups de marteau

Marc Lefebvre a tué son père car ce dernier avait dit qu'il le tuerait.

Ayoye

Un homme a évité la prison à vie en reconnaissant avoir involontairement tué son père à coups de marteau.

C'est depuis le jour de son arrestation, le 10 août 2013, que Marc Lefebvre est en prison.

En tenant compte du temps qu'il a purgé en détention préventive, Marc Lefebvre pourra donc être libéré dans 15 jours.

L'enquête policière a révélé que Marc Lefebvre a tué son père Henri Lefebvre alors que les deux hommes étaient seuls à la maison.

Le père aurait provoqué son fils, puis ce dernier se serait ensuite rendu au sous-sol. Le père serait allé le rejoindre à la course en tentant de le frapper avec un objet, ce qui aurait mené à une altercation entre les deux hommes.

Le père s'est finalement retrouvé au sol et après avoir mentionné à son fils qu'il le tuerait, ce dernier s'est rendu à l'établi au sous-sol pour S'emparer de l'arme du crime, qui n'a jamais été retrouvée.

Mark Lefebvre a ensuite frappé son père à la tête de plusieurs coups de marteau, puis après avoir minutieusement nettoyé la scène de crime, il a enroulé le corps de son père dans plusieurs épaisseurs de plastique.

Toujours selon ce que l'accusé a déclaré, il s'est ensuite débarrassé des accessoires utilisés afin de nettoyer la scène de crime, tout comme ses vêtements, qui ont été jetés dans un conteneur à déchets. Ces éléments de preuve n'ont jamais été retrouvés.

Mark Lefebvre a été reconnu coupable du meurtre non prémédité de son père en 2017 et il avait été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 13 ans.

Un nouveau procès a ensuite été ordonné par la Cour d'appel, car l'accusé n'avait pas pu présenter une défense de provocation. Dans une telle éventualité, M. Lefebvre aurait possiblement pu obtenir un verdict d'homicide involontaire.

Lors de sa dernière comparution qui a eu lieu vendredi, Mark Lefebvre a pu plaider coupable à ce chef d'accusation au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, ce qui lui a valu une peine de 13 ans. Or, comme il a déjà purgé plusieurs années, il pourra être libéré prochainement, sous promesse de respecter plusieurs conditions et une probation de deux ans.

Rappelons enfin que lors du procès de Mark Lefebvre, sa soeur avait admis avoir eu plus de facilité à pardonner le crime de son frère que les agissements de leur père. Mark Lefebvre avait aussi déclaré lors du même procès: "Je ne voulais pas que mon père meure. Il n’y avait pas d’autre possibilité. C’était lui ou moi."