Une jeune Québécoise victime de violence conjugale extrême raconte l'enfer qu'elle a vécu pendant 5 ans

Son ex lui a notamment cassé les dents

Ayoye

Une jeune femme a décidé de porter plainte pour violence conjugale extrême après un long cauchemar qui a duré cinq ans.

Shannie Bourget-Gagnon a 22 ans et malgré son jeune âge, elle a déjà enduré plusieurs années de violence.

C'est au printemps 2017 que Shannie est devenue orpheline à la suite du décès de sa mère et de ses demi-soeurs qui sont décédées dans un accident de voiture. La tragédie était survenue seulement quelques mois après le décès du père de Shannie.

Par la suite, la jeune femme avait fait la connaissance d'un garçon qui avait 7 ans de plus qu'elle. Leur rencontre s'était produite quelques mois avant que Shannie ne reçoive son héritage.

Malheureusement pour Shannie, son conjoint Charles-Antoine Duclos-Asselin allait lui faire vivre un long cauchemar de plusieurs années.

La jeune femme a donné une très bonne idée du type d'agissements de son ex-conjoint en racontant: «Il me demandait de supprimer mon Facebook et mon Snapchat. Il profitait de moi.»

Lorsque Shannie a obtenu son héritage, Charles-Antoine Duclos-Asselin l'a convaincu d'acheter une Mercedes et d'aller vivre en Beauce afin d'isoler la jeune femme.

Crédit photo: Courtoisie

Puis, une fois que tout l'héritage de Shannie a été dilapidé, le comportement de Charles-Antoine Duclos-Asselin est devenu de plus en plus menaçant.

Le soir du jour de l'An 2020, l'ex-conjoint de Shannie a été si violent que la jeune femme a dû être hospitalisée en raison de nombreuses blessures dont un traumatisme crânien, des dents cassées et un poignet cassé.

Lors de son hospitalisation, Shannie a refusé de porter plainte contre son ex-conjoint, mais lorsque les policiers lui ont présenté un miroir pour qu'elle puisse voir son reflet, la jeune femme a changé d'idée.

Crédit photo: Courtoisie

L'ex-conjoint a été arrêté aussitôt et il a passé une trentaine de jours en détention avant d'être libéré sous conditions.

Comme Charles-Antoine Duclos-Asselin ignorait les interdits de contacts et qu'il harcelait fréquemment la jeune femme pour que celle-ci retire sa plainte, Shannie a donc décidé de passer en seconde vitesse en portant plainte contre son ex-conjoint pour violence conjugale extrême.

L'ex-conjoint a reconnu sa culpabilité mardi sur tous les chefs d’accusation, dont voies de fait armées, voies de fait avec lésions, entrave à la justice et non-respect des conditions de probation à de multiples reprises.

Charles-Antoine Duclos-Asselin a donc été condamné mardi à 20 mois de prison et Shannie Bourget-Gagnon ne cache pas qu'elle est très soulagée de ce verdict: «Maintenant, le monde va me croire. Je me sens libérée. »