Nouvelles : On sait maintenant ce que faisaient Ugo Fredette et sa conjointe décédée la veille du drame.

On sait maintenant ce que faisaient Ugo Fredette et sa conjointe décédée la veille du drame.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,154 1.2k Partages

Le réalisateur du documentaire sur Cédrika Provencher, Stéphan Parent, connaît très bien Ugo Fredette qui a enlevé son garçon de 6 ans jeudi, en fin de journée.

Lors d’une entrevue avec Mario Dumont à LCN, M. Parent expliquait qu’Ugo Fredette vivait des difficultés avec sa conjointe dont il venait de se séparer, or, il n’aurait jamais cru qu’il aurait pu s’en prendre physiquement à Véronique Barbe ou à son fils de 6 ans.

Je ne l’ai jamais vu frapper son enfant, ni les trois enfants de sa conjointe qu’elle avait eus d’une autre union.  Je ne pense pas qu’il aurait pu faire du mal volontairement à quelqu’un.  Quand j’ai appris que Véronique était décédée, ça m’a complètement dévasté. (...)On n’est pas dans sa tête,» dit-il.

Selon M. Parent, Ugo Fredette serait un dépendant affectif et n’acceptait pas la séparation. Lui et Fredette se parlaient quotidiennement, sauf hier.

C’est en regardant l’actualité qu’il a appris que son collègue aurait probablement enlevé le petit Louka et était introuvable. «Les enquêteurs sont venus me rencontrer rapidement après,» précise-t-il.

Le couple était en séance de thérapie conjugale la veille du drame, thérapie entamée depuis quelques temps.

«C’est un couple qui ne fonctionnait pas. Ils s’étaient laissés souvent, puis ça devenait toujours de plus en plus difficile.   J’ai souvent dit à Ugo ‘’arrête d’insister,  ça ne fonctionne pas’’, puis il ne comprenait pas le non-verbal. Ugo c’est un dépendant affectif, là-dessus il n’était pas capable de décrocher. Il s’acharnait sur cette relation-là. Tout le monde lui a dit, dans sa famille, ses amis, moi, son frère, ses parents, mais il continuait de s’accrocher. Il n’y avait rien à faire,» selon M. Parent. «Ils avaient des séances toutes les semaines et ils venaient d’en terminer une, la veille.»

Le rejet était très difficile pour Ugo Fredette. «Il refusait de la laisser aller, c’est un dépendant affectif, et Véronique, elle lui donnait des chances et des chances, peut-être qu’elle avait pitié de lui, de ce que je connais d’eux, c’est probablement ça qui est arrivé. S’il se sentait rejeté, par un ami ou sa conjointe, il se mettait en mode défensif. »

«Je lui suggère fortement de se rendre à la police, c’est beaucoup mieux comme ça : de s’expliquer. Louka n’a pas d’affaires à payer pour cela. Peu importe les circonstances ou la situation, Louka n’a pas à payer. Va déposer Louka quelque part Ugo, fais-le. À la limite pour le bien-être de tous, rend toi à la police,» dit-il à son collègue, espérant qu’il entende son message et souhaitant de tout cœur que l’enfant et le père soient retrouvés rapidement.

Depuis ce temps, rappelons que l'homme a été arrêté et le petit est sain et sauf.

Partager sur Facebook
1,154 1.2k Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Facebook