Nouvelles : Après la tentative de suicide de sa fille de 15 ans, un père dénonce Desjardins Assurances

Après la tentative de suicide de sa fille de 15 ans, un père dénonce Desjardins Assurances

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
9 9 Partages

MISE À JOUR: Voici le message envoyé par un ami: 

Alors que le Québec compte un des plus hauts taux de suicide infantile du monde, de grands efforts sont déployés pour mieux comprendre et prévenir le phénomène. Malheureusement pour les survivants et leurs familles, les compagnies d'assurances ne semblent pas toujours enclines à participer activement à la diminution de ce fléau.

Quelques semaines après la sortie publique d'Alexandre Taillefer à Tout le monde en parle, c'est au tour d'un autre père de famille québécois, Mathieu Gaudreault, dont une des filles a survécu à une tentative de suicide commise à l'âge de 15 ans (elle est aujourd'hui âgée de 16 ans), de lancer un cri du coeur.

"Ma fille a survécu.

Le Québec compte un des plus hauts taux de suicide chez les moins de 18 ans au monde.

Depuis plusieurs années, notre société a investi beaucoup d’efforts et de moyens pour venir en aide aux jeunes qui en ont besoin. Avec raison et avec un peu de succès.

Il y a un peu plus d’un an, à la suite d’un événement personnel sombre, Maïté a tenté de s’enlever la vie. Comme ça. Subitement. Sous nos yeux.

Le choc.

Elle a eu la chance d’être immédiatement prise en charge par l’Hôpital Sainte-Justine et ensuite par l’équipe exceptionnelle de l’Hôpital Rivière-des-Prairies. Des suivis, des rencontres et une bonne médication lui ont redonné peu à peu le sourire qu’elle avait toujours eu et son rire qui me manquait tant.

En janvier dernier, ma conjointe a changé d’emploi. Normal, c’est l’époque. Heureusement pour nous, avec ce nouvel emploi venait également un système d’assurance collective, Desjardins assurances. Ce changement d’emploi nous faisait simplement changer de compagnie d’assurance, rien de grave.

Remplir la paperasse, signifier que tout le monde aujourd’hui est en pleine forme, mais en n’omettant rien du passé.

Cette semaine, le verdict est arrivé. Tout le monde dans la famille avait droit à tous les médicaments de la terre, des dents propres et de nouvelles lunettes aux deux ans. Tout le monde sauf Maïté, car, comme l’a si bien dit la dame au téléphone : « On peut pas vraiment l’assurer vous comprenez, elle pourrait... bien, vous savez quoi. »

Maïté venait de se faire kicker out du système, car elle a eu le malheur de survivre au mal de sa génération.

Elle n’a pas besoin de lunettes dans la vie. Et je gagne assez bien ma pitance pour lui payer le dentiste. Elle est en train de quitter sa médication une étape à la fois.

Mais cette réalité n’est pas la même pour toutes les familles d’un enfant survivant. Certains ne pourront pas changer les lunettes d’un enfant qui en a besoin et qui n’a surtout pas besoin de ne pas en avoir. Et un dentiste, c’est bon pour l’estime de soi, surtout quand tu n’en as pas....

Quand je lui ai annoncé ça hier, j’ai vu dans ses yeux l’espace d’un moment qu’elle se trouvait un fardeau, encore une fois. Ç’a duré une seconde. Elle m’a ensuite souri et m’a demandé un câlin. Et elle a ri, de son vrai rire de toujours.

C’est pourquoi je te dis Fuck you Desjardins assurances.

Pas juste pour ma fille, mais pour tous les jeunes maganés que tu laisses tomber un peu plus.

Mathieu"

Moins de 10 heures après la publication de son message, celui-ci avait été partagé plus d'une centaine de fois sur les réseaux sociaux. Souhaitons maintenant qu'il sera entendu par les principaux intéressés...

Partager sur Facebook
9 9 Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: univerre.ca