Nouvelles : Ce champignon destructeur se répand de plus en plus au Québec. Le gouvernement est forcé d'agir!

Ce champignon destructeur se répand de plus en plus au Québec. Le gouvernement est forcé d'agir!

Soyez vigilants!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
163 163 Partages

Plusieurs cas de "Mérule pleureuse" plus communément appelé "Le cancer du bâtiment" ont été recensés récemment au Québec. Inquiètes, les associations espèrent que le gouvernement va aider les victimes de ce phénomène dangereux. 

La mérule pleureuse est un champignon qui se propage dans le bois des bâtiments et le fait pourrir. Quand la mérule est découverte dans une résidence, celle-ci doit être évacuée car cela représente un réel risque.

Selon Maxime Boivin, qui comptabilise le nombre de cas de Mérule pleureuse au Québec, il y aurait eu 175 cas dans la province depuis 2010. Parmi eux, 7 à 8 cas ont été recensés dans l'Est-du-Québec.

Un rapport du comité interministériel sur la contamination à la Mérule pleureuse sera prochainement déposé au ministre des Affaires municipales et l'Occupation du territoire, M.Martin Coiteux.  

Maxime Boivin espère que le gouvernement va mettre en place un plan d'action pour aider les propriétaires des résidences affectées par la Mérule pleureuse:

"Si les propriétaires n’ont pas accès à une aide financière, les gens vont souvent traiter leur demeure par eux-mêmes et faire les choses sans trop suivre les normes et le protocole, donc vraiment une aide financière est nécessaire pour aider ces propriétaires qui doivent se reloger et qui doivent payer pour des travaux de décontamination et de démolition et aussi reconstruire par la suite. Sans aide financière, ça va être le chaos dans les prochaines années." explique-t-il. 

La propriété de Maxime Boivin et sa conjointe Marie-Hélène Cauchon a été touchée en 2014 par une contamination de Mérule pleureuse. Si la province du Québec a payé la démolition de la demeure, le couple espère toujours obtenir le statut de sinistré qu'ils méritent. De plus, Maxime Boivin et sa conjointe continuent de payer leur hypothèque pendant encore 17 ans.

Le député péquiste Harold Lebel a pris la défense du couple: "Il faut que ce soit déposé publiquement, il faut que les gens comme Maxime Boivin et tous les autres qui sont aux prises avec cette problématique puissent voir les résultats et sachent ce que le gouvernement entend faire. Si vous avez été voir le site web de Maxime, c’est plus étendu qu’on pense" a-t-il déclaré.

Partager sur Facebook
163 163 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Photo Courtoisie