Nouvelles : Ces femmes ont été esclaves sexuelles de Daesh. Leur état aujourd'hui donne les larmes aux yeux...

Ces femmes ont été esclaves sexuelles de Daesh. Leur état aujourd'hui donne les larmes aux yeux...

C'est affreux ce qui leur est arrivé

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,838 1.8k Partages

Depuis 2014 et l'instauration du califat par le chef de l'État Islamique, les djihadistes ont conquis plusieurs zone en Irak en commettant de nombreux crimes. 

Mais les crimes le plus atroce ont été perpétrées contre les population Yézidies. Les combattants du groupe terroriste ont envahi plusieurs villages du Sinjar, région située proche de la ville de Mossoul.

Les combattants kurdes avaient quitté la zone et les villages se sont retrouvés sans défense. Les djihadistes de l'EI ont pénétré dans les villages et ont exécuté tous les hommes et femmes trop âgées. Ils ont ensuite envoyé les petits garçons dans des camps d'entrainement militaires et ont réduit les petites filles et les femmes en esclavage.

Le peuple Yézidi tient ses croyances de l'Iran ancien et des kurdes. C'est l'une des plus anciennes régions monothéistes du monde avec plus de 6000 ans d'existence. 

Les Yézidies croient en un seul Dieu qui selon eux aurait créé sept anges ensuite. Cela a suffi pour que les terroristes de l'EI les considèrent comme des mécréants et les traitent comme des esclaves.

Après la libération de Mossoul par l'armée irakienne aidée par la coalition internationale, de nombreuses esclaves yézidies ont été libérés.

Ces femmes sont brisées et n'ont souvent plus la force de vivre pour la plupart.

Souhayla a été capturée alors qu'elle n'avait que 13 ans. Son ravisseur a été tué lors d'une frappe aérienne et elle a enfin réussi à s'échapper après trois ans de captivité.

Sa famille était au courant de l'endroit où elle se trouvait et connaissait le nom de son geôlier. Mais par peur, ils ne pouvaient pas venir la libérer.

Après sa fuite, Souhayla s'est murée dans le silence à cause de ses nombreux traumatismes.

Rukhmini Callimachi une journaliste du New York Times a rencontré la jeune femme aujourd'hui âgée de 16 ans. 

Si ses blessures physiques peuvent être guéries, ses blessures psychologiques ne la quitteront jamais selon la journaliste.

L'une de ses photos montre Souhayla inconsciente sur un lit. "C'est possible de briser un être humain. Cela fait 5 jours et elle ne parvient pas à rester éveillée." écrit-elle en légende.

Depuis la reprise de Mossoul, 180 femmes, filles et enfants Yézidies ont été libérés. 3410 d'entre eux seraient toujours aux mains du groupe terroriste ou disparus. 

Partager sur Facebook
1,838 1.8k Partages

Source: Demotivateur · Crédit Photo: Shutterstock, Twitter