Nouvelles : En 1991, il appelle la police pour dire qu'il vient de tuer sa femme. 15 ans plus tard, il appelle le 911 et c'est encore pire!

En 1991, il appelle la police pour dire qu'il vient de tuer sa femme. 15 ans plus tard, il appelle le 911 et c'est encore pire!

15 ans plus tard, il pose un geste absolument inimaginable.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
332 332 Partages

Après avoir poignardé sa femme enceinte, la tuant, Gregory Green a appelé le 911 en 1991, afin de signaler le meurtre. Il a plaidé coupable pour meurtre lors de son procès et a été incarcéré 16 ans.

Pendant son emprisonnement, il a tenté quatre fois d’accéder à la libération conditionnelle, qu’on lui a refusé chaque fois. « On lui a refusé la libération conditionnelle quatre fois pour différentes raisons, principalement parce qu’il n’éprouve aucun remords vis-à-vis de ses crimes et qu’il manque d’empathie. Après de nombreux tests cognitifs, il a été libéré à sa cinquième demande, » expliquait un porte-parole du Département Carcéral.

Il a été libéré en 2008, deux ans plus tard il se remariait avec Faith qui avait deux enfants d’une précédente relation, et ils ont eu deux filles, Koi et Kaleigh.

Mercredi matin, à 1 :15, Green, 49 ans, a contacté le 911, comme il l’avait fait il y a 25 ans.

Kaleigh et Koi qui n’avaient que 4 et 5 ans sont mortes d’une intoxication au monoxyde de carbone et ont été placées dans leur lit, tandis que les adolescents de Faith, âgés de 17 et 19 ans, ont été retrouvés dans le sous-sol, tirés à bout portant.

Quant à Faith, elle a été grièvement blessée, mais est toujours vivante. Green l’avait attachée avec des attaches en plastique et du ruban adhésif et l’a forcée à regarder alors qu’il tuait ses enfants. Il l’a aussi poignardée avec un cutter et lui a tiré dans le pied.

On avait refusé une ordonnance restrictive contre Green à Faith en 2013. Le mois dernier, elle avait aussi complété une demande de divorce après six ans de mariage, qui devait passer en cour en octobre.

« Tout ceci semble avoir émergé d’incidents de violence conjugale, » disait le capitaine de police Michael Petri.  

Green a été arrêté sur le perron de sa maison où il attendait « sagement » les policiers, et a comparu au tribunal, sans avocat, disant comprendre ce dont il était accusé et refusant une caution disant : « Je n’ai pas besoin de caution. Je veux dire, je ne pense pas que j’en mérite une. »

Partager sur Facebook
332 332 Partages

Source: The Star · Crédit Photo: Capture d'écran YouTube