Nouvelles : En pleine crise d'appendicite, un professeur dit à un élève de 15 ans “d'endurer”

En pleine crise d'appendicite, un professeur dit à un élève de 15 ans “d'endurer”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
650 650 Partages

Un élève de Trois-Rivières âgé de 15 ans a dû endurer l'impossible lorsque son professeur lui a refusé de quitter la classe alors qu'en réalité, il était en pleine crise d'appendicite.

L'incident s'est produit à l’école secondaire des Pionniers de Trois-Rivières et c'est la mère de l'étudiant qui a décidé de révéler l'histoire aux médias.

L'élève nommé Malik Khamis venait de terminer un examen et il restait 20 minutes de cours lorsqu'il a demandé l'autorisation de quitter la classe à son professeur, car il prétendait souffrir d'importants maux de ventre.

Selon la mère de l’adolescent, Marie-Ève Lethiec, celle-ci a révélé lors d'une entrevue à TVA que le professeur de son fils lui aurait répondu: "moi, ça fait un an que j’endure un mal de ventre, alors tu vas endurer et attendre la fin de la période".

La douleur ressentie par l'adolescent était si insupportable que celui-ci a été prisonnier des toilettes pendant une bonne heure avant de pouvoir retourner à la maison.

Sa mère explique: "Quand il est rentré, il s’est carrément effondré dans sa chambre devant son père, en se plaignant de douleurs intenses et de nausée. Il était en sueur et faisait de la fièvre. Je suis arrivée 5 minutes après et là, il s’est mis à vomir."

Dans l'heure suivante, l'adolescent a été amené à l'hôpital où il a été admis sans attendre, étant donné que les médecins ont jugé qu'il se trouvait dans un état assez grave.

La mère a donc justifié auprès de TVA pourquoi elle a porté plainte contre l'école: "On m’a fait attendre longtemps pendant que Malik était dans un état critique à l’hôpital, hier. Je suis repartie bredouille. À la suite de ça, j’ai contacté la police et, aujourd’hui, la Direction de la protection de la jeunesse et les médias."

Quant à la Commission scolaire Chemin du Roy, celle-ci a expliqué aux médias que rien ne laissait croire que l'adolescent souffrait à ce point. Toujours selon la direction, celle-ci estime avoir fait tout en son possible compte tenu de la situation.

Partager sur Facebook
650 650 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie