Nouvelles : Il lui reste un an à vivre après que des médecins aient commis une grave erreur... durant trois ans

Il lui reste un an à vivre après que des médecins aient commis une grave erreur... durant trois ans

Une erreur qui coûte la vie à ce père de jeunes enfants

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
7 7 Partages

Un père de deux ans enfants, âgé de seulement trente ans, s'est fait dire qu'il ne lui restait qu'une année à vivre après que des médecins ont omis de déceler une tumeur mortelle au cerveau durant trois ans. 

Leo Jones, originaire de Porthcawl, au Royaume-Uni, souffrait régulièrement de maux de tête le laissant agoniser au lit durant des jours. Il avait régulièrement consulté des médecins à ce sujet, sans qu'aucun n'établisse de sinistre diagnostic. 

Le Daily Mail rapporte que les douleurs étaient tellement intenses que même la femme du pauvre trentenaire, Kimberley, 29 ans, n'était plus capable d'endurer les changements d'humeur constants de son mari. Elle en venait même à penser qu'il ne l'aimait plus. 

Malgré ses visites récurrentes chez des médecins, Leo Jones ne s'est fait diagnostiquer sa tumeur maligne qu'au bout de trois ans, dans une clinique privée. 

C'est là qu'il a appris que s'il n'était pas venu consulter immédiatement, il serait mort au bout de quelques jours, sans l'aide d'un puissant traitement épuisant. 

Sa famille a aujourd'hui le coeur en miettes, car l'homme souffre aujourd'hui d'un cancer en phase terminale, lui qui avait déjà soupçonné qu'il avait peut-être une tumeur. 

L'épouse de M. Jones a déclaré au Daily Mail: « J'étais tellement choquée. J'avais déjà songé au fait qu'il avait peut-être une tumeur, mais comme les médecins n'avaient rien trouvé, j'avais écarté cette possibilité. À présent, ils nous disent que c'était une question de jours avant qu'il ne décède. »

« Notre fils, Noah, m'a demandé si papa allait partir vers les étoiles. Il ne devrait même pas savoir qu'on peut penser de telles choses. Nous étions au parc et nous avions aperçu une dame prendre des antidouleurs. Il lui a demandé si elle était sous chimiothérapie et lui a dit que son père subissait ce traitement. Les enfants ne devraient pas avoir à se préoccuper de ce type de choses, mais ils entendent les adultes en parler », a-t-elle ajouté. 

Photos: Real Life

Partager sur Facebook
7 7 Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Gracieuseté