Nouvelles : “ Je pourrais être tué à mon retour au pays ”

“ Je pourrais être tué à mon retour au pays ”

Le geste de cet athlète Olympique fait le tour du monde.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
127 127 Partages

L’Éthiopien Feyisa Lilesa a obtenu la médaille d’argent de marathon masculin aux Jeux Olympiques de Rio, et a marqué le coup d’un geste de protestation envers le gouvernement de son pays.

Il a croisé ses bras au-dessus de la tête en terminant l’épreuve difficile, en solidarité avec le peuple Oromo, protestant contre le gouvernement de l’Éthiopie qui les déloge de leurs terres.

Toutefois, le geste de ce coureur, arrivé deuxième après Eliud Kipchoge, le favori kenyan, pourrait mettre sa vie en péril.

« J’ai des proches en prison là-bas, » dit-il.

« Si vous parlez de démocratie, ils vous tueront. Si je retourne en Éthiopie, peut-être qu’ils me tueront ou me mettront en prison. »

« C’est très dangereux dans mon pays. Peut-être que je devrais émigrer. Je protestais pour des gens partout, qui n’ont pas de liberté. »

Ce geste était en soutien avec la tribu Oromoro, délogée de ses terres agricoles. Voici une photo du coureur:  [EMBED]

Cette façon de faire a soulevé de fortes démonstrations de révolte en novembre, durant des mois, la pire agitation du pays depuis une décennie.

L’Éthiopie a longtemps été l’un des pays les plus pauvres du monde, mais s’est rapidement industrialisé dans les dix dernières années.

Or, relocaliser des fermiers est un problème épineux pour les Éthiopiens dont beaucoup sont des fermiers.

Les autorités ont su calmer le jeu en janvier, mais de nouvelles manifestations ont éclaté ce mois-ci, à propos de la détention d’opposants au régime politique. Les manifestants ont crié à l’injustice de la redistribution de la richesse dans le pays, au Meskel Square d’Addis Abada en août.

Selon des groupes humanitaires, les forces de l’ordre de l’Éthiopie auraient tué de nombreuses personnes dans les dernières semaines, au cours d’une vague d’agitation contre le gouvernement, dans les régions d’Oromia et Amhara.

Toutefois, le gouvernement ignore ces manifestations, qu’il qualifie d’illégales, et dit que les contrevenants ont été contrôlés.

« Oromo est ma tribu. Les Oromo manifestent pour ce qui est juste, pour la paix, pour un lieu à eux, » explique Lilesa.

« Vous n’obtenez la liberté que si vous soutenez le gouvernement. » 

Partager sur Facebook
127 127 Partages

Source: dailymail.co.uk/news/article-3751812/Ethiopian-runner-death-protest.html · Crédit Photo: Keystone Press