Nouvelles : Les maîtres de chiens et la SPCA demandent à sanctionner les mauvais maîtres et non bannir les chiens

Les maîtres de chiens et la SPCA demandent à sanctionner les mauvais maîtres et non bannir les chiens

Ils sont catégoriques: il faut sanctionner les mauvais propriétaires

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,548 2.5k Partages

Plutôt que d’interdire les pitbulls, des propriétaires de chiens et la SPCA de Montréal demandent plutôt à restreindre les maîtres dissidents.

« Il n’y a pas de mauvaise race. Tous les chiens doivent être éduqués, sociabilisés et encadrés par leurs maîtres en tout temps », affirme Kateri Raymond, promenant Sara son chiot de sept mois, lors de la marche Museau au trot, organisée par la SPCA dimanche midi.

Comme beaucoup d’autres citoyens, elle croit que la réglementation de Montréal devrait être uniformisée, puisque d’un arrondissement à l’autre, il y a des différences notables. D’ailleurs, un comité d’experts étudie actuellement ces règlements, afin de les rendre plus cohérents.

Selon Mme Raymond, les autorités devraient obliger les propriétaires de chiens à suivre des cours afin de mieux les éduquer, au lieu d’interdire les pitbulls.

Il faut assumer ses responsabilités, et c’est ce qu’a fait Philippe Simard quand il a adopté son pitbull, Bailey.

« Quand on l’a eu, on a décidé de l’entraîner, vu qu’on savait que c’est un chien polémique. Plus on l’entraîne, plus on diminue les risques de problèmes, » affirme-t-il.

Quand on décide d’avoir un chien, selon lui, on doit comprendre les responsabilités qui viennent avec.

La fondatrice du mouvement Pitbull Québec militant contre les lois interdisant certains chiens, Tena Hyde, croit elle aussi que le problème vient des maîtres, plus que des chiens.

« En Ontario, ça va faire 11 ans qu’il y a une loi qui interdit les pitbulls, et les morsures de chiens ont augmenté. La loi ne change rien, » dit-elle.

Selon la directrice de la SPCA de Montréal, Alanna Devine, le Gouvernement devrait mettre en place des règlements concernant la reproduction et vente des animaux.

« C’est comme ça qu’on va s’assurer d’une meilleure sécurité, pas en interdisant les pitbulls, » affirme-t-elle.

Elle a aussi ajouté qu’il faudrait enlever le droit de détenir un chien à certains propriétaires qui sont négligents.

De nombreuses options s’offrent aux autorités, en alternative à l’interdiction des pitbulls :

-               Renforcer le port de la laisse ;

-               Hausse des amendes ;

-               Rendre obligatoires les cours de dressage canin ;

-               Imposer le port de la muselière aux gros chiens en public ;

-               Réglementer la reproduction et vente de chiens par des permis ;

-               Rendre la stérilisation des animaux obligatoire. 

Partager sur Facebook
2,548 2.5k Partages

Source: tvanouvelles.ca/2016/06/12/punir-les-mauvais-maitres-plutot-quinterdire-les-pitbulls · Crédit Photo: iStock