Nouvelles : Marine Le Pen refuse de se soumettre à un examen psychiatrique.

Marine Le Pen refuse de se soumettre à un examen psychiatrique.

Elle refuse d'y aller!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
749 749 Partages

Le passé de Marine Le Pen la rattrape, car les médias français viennent de dévoiler que la présidente du Rassemblement national a été mise en examen en mars dernier en raison d'images qu'elle avait diffusées sur Twitter en 2015.

Les images controversées qui ont attiré des problèmes à Marine Le Pen montraient des exactions commises par Daesh. On pouvait notamment y voir un homme en feu.

La décision d'avoir publié ces images a fait en sorte que Le Pen a dû se soumettre à une levée de son immunité parlementaire, en plus d'avoir été mise en examen pour "diffusion de message violent accessible à un mineur". Le député RN Gilbert Collard a aussi écopé de restrictions similaires.

Les médias français ont dévoilé la nouvelle après que la principale intéressée, Marine Le Pen, en ait publiquement parlé sur Twitter en affirmant: "Je croyais avoir eu droit à tout : eh bien non ! Pour avoir dénoncé les horreurs de #Daech par tweets, la « justice » me soumet à une expertise psychiatrique ! Jusqu’où vont-ils aller ?!"

Dans un autre tweet, Marine Le Pen a partagé la notification de la décision ordonnant une expertise psychiatrique, adressée à son avocat par le Tribunal de grande instance de Nanterre. Celle-ci avait datée du 12 septembre.

De toute évidence, ce revirement de situation a grandement irrité Le Pen qui n'entend pas à céder sous la pression. Au micro de BFMTV, Le Pen a expliqué: "Le magistrat instructeur a demandé à ce que l'on me soumette à une expertise psychiatrique. Je n'irai pas, bien entendu, me soumettre à cette expertise psychiatrique et j'attends de voir comment le magistrat entend m'y contraindre."

Maintenant, même si Le Pen affirme trouver "hallucinante" ce type de mesure, le Code de procédure pénale est pourtant très clair en ce qui concerne les cas de diffusion de messages violents: "Les personnes poursuivies pour l'une des infractions mentionnées à l'article 706-47 doivent être soumises, avant tout jugement au fond, à une expertise médicale."

On ignore maintenant à quoi ressemblera la suite des choses, mais selon ce qu'affirme la notification, Le Pen a "un délai de 10 jours pour demander à ce que soient modifiées les questions posées ou à ce que soit adjoint à l'expert ou aux experts déjà désignés un expert de (son) choix".

Voici un reportage de BFMTV: 

Le Pen a tout intérêt à s'assurer qu'elle maîtrisera la situation, car dans l'éventualité où elle serait jugée coupable d'avoir diffusé des images violentes, celle-ci s'expose à trois ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

Partager sur Facebook
749 749 Partages

Source: BFMTV
Crédit Photo: Courtoisie