Nouvelles : Terrible nouvelle pour les Québécois qui détestent les moustiques!

Terrible nouvelle pour les Québécois qui détestent les moustiques!

Oh non!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
638 638 Partages

Une saison pénible pour les gens sensibles aux piqûres d’insectes s’annonce. Les larves de moustiques se développent dans l’eau stagnante, et avec la pluie persistante des dernières semaines, le sud du Québec est couvert de zones humides, il va sans dire que ces bestioles seront nombreuses à l’éclosion.

D’ailleurs, les premières générations qui se développent dans l’eau froide seront bientôt matures.

«On peut dire que ça va être un printemps difficile. Il y a plus de 60 espèces de moustiques, mais les cohortes des espèces printanières vont être nombreuses,» explique le vice-président au développement des affaires de GDG Environnement, à Trois-Rivières, Richard Vadeboncoeur.  

Toutefois, si le beau temps s’installait, les zones humides pourraient s’assécher et ainsi réduire les populations de moustiques qui se développent plus tard.

Les résidents de zones inondées actuellement pourraient être particulièrement touchés par les insectes cet été, car après que les cours d’eau se soient retirés, il restera des zones d’eau stagnantes, les incubateurs de prédilection des larves de moustiques.

«Les gens qui habitent à moins d’un kilomètre de distance de ces mares d’eau vont voir une augmentation du nombre de moustiques,» dit M. Vadeboncoeur, les moustiques ayant un rayon d’action d’un kilomètre autour de leur lieu de naissance.

Nuisance pour la plupart des gens, ils peuvent aussi transmettre le Virus du Nil occidental, qui est présent au Canada depuis 2001.

Nombreuses sont les municipalités qui font appel à des firmes comme GDG Environnement afin de contrôler les populations de moustiques, pour prévenir le problème, par exemple Mont-Tremblant qui fait traiter son territoire pour les moustiques et les mouches noires depuis de nombreuses années.

«Les municipalités réservent nos services souvent pour des raisons économiques. Ça permet une meilleure utilisation des infrastructures municipales. À quoi bon construire un beau terrain de soccer si on ne peut pas aller s’y asseoir parce qu’il y a trop de moustiques ?» illustre M. Vadeboncoeur.

Soumis aux appels d’offres, ce genre de service est réservé des mois d’avance et si les équipes ne sont pas déjà à l’œuvre dans votre municipalité, il est trop tard pour cet été.

Toutefois, les sites Web des ministères fédéral et provincial de l’Environnement vous proposent des trucs afin d’éviter la prolifération de moustiques autour de votre demeure. Par exemple, garder les gouttières propres, percer des trous au fond des contenants demeurant à l’extérieur et chlorer la piscine, même si personne ne s’y baigne.

Partager sur Facebook
638 638 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: iStock