Nouvelles : Trois jours avant la compétition, la tête de son cheval est enflée. Ce qu'elle fait aux Jeux olympiques étonne les spectateurs.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Trois jours avant la compétition, la tête de son cheval est enflée. Ce qu'elle fait aux Jeux olympiques étonne les spectateurs.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,413 1.4k Partages

Adelinde Cornelissen, une athlète olympique équestre, a partagé cette histoire sur Facebook.

« Mes premiers jours à Rio étaient tels que prévus : un vol relaxant, bonnes écuries, entraînement adéquat. Parzival allait bien et était en pleine forme.

Jusqu’à hier matin. Je prévoyais m’entraîner tôt mardi, alors j’étais à l’étable à 6h du matin. En souhaitant bon matin à Parzival, j’ai vu que le côté droit de sa tête était enflé, il frappait les murs. J’ai pris sa température et il faisait une fièvre, au-dessus de 40°C, mais n’avait pas l’air malade.

Il mangeait et buvait, mais en marchant, j’avais du mal à garder le rythme avec lui, comme toujours. »

« Jan Greve est venu de suite, et on a fait une double vérification avec les vétérinaires d’ici, ils ont conclu qu’il avait été mordu par un insecte, une araignée ou un animal produisant des toxines. Afin d’éliminer les toxines, on devait lui donner du liquide. De 6h30 à 15h45, on s’en est assurés, ce qui a permis à ses reins d’éliminer les toxines de son corps.

Les vétérinaires ont pris des prélèvements dans ses nasaux et examiné son sang. Sa température a diminué progressivement, à 15h30, elle était à 38.4°C. On a fait des radiographies de sa mâchoire ainsi qu’une échographie, juste par précaution. Tout allait bien.

À la fin de la journée, il ne faisait plus de fièvre, et je l’ai fait marcher un peu. Il allait mieux et son œdème avait chuté d’un tiers… »

« On a dû prendre des décisions difficiles… Nous avons demandé à la FEI si nous pouvions échanger des positions de départ dans l’équipe, afin que Parzival puisse se remettre. Autrement dit, participer à la compétition jeudi au lieu de mercredi, mais ça a été refusé.

À ce point, je ne voulais plus participer. Sa santé est plus importante que tout au monde !

J’ai dormi dans les écuries, vérifiant l’état de Parzi à chaque heure… je n’allais pas le laisser seul ! Et évidemment, je n’ai pas dormi vraiment.

Ce matin, sa température était descendue à 37.5 ! Et l’œdème avait diminué un peu. 

On a dû prendre d’autres décisions difficiles. J’ai décidé hier de ne pas prendre part à la compétition, mais maintenant, sa température était normale, il avait l’air de bien aller, mangeait et buvait bien et je ne voulais pas abandonner l’équipe… et je savais que nous n’avions pas d’alternatives… Que faire ?

Entre 7 et 8h du matin, nous avons pu aller dans la piste. 

J’ai parlé avec Jan Greve et Johan Rockx et décidé que nous allions marcher et trotter avec une selle pendant dix minutes, histoire de voir comment il allait.

Nous avons fait quelques tours de piste, il semblait bien aller. De retour à l’écurie, sa température avait encore diminué.

Encore une fois, il fallait décider quoi faire. Il va bien, mais on sait ce qui est arrivé hier. Personne ne peut prendre ma place si je me retire, laissant l’équipe en mauvaise posture. Qu’est-il sage de faire ? J’ai parlé avec des vétérinaires et l’entraîneur de l’équipe. Les vétérinaires de la FEI sont venus l’examiner vers 10h du matin.

Tous donnaient leur feu vert pour la compétition. Nous avons décidé de tenter le coup. »

« La fièvre était tombée, il avait donc évacué les toxines. Mais il était encore un peu enflé à la mâchoire, en apposant des compresses froides dessus, ça l’a fait diminuer. J’ai décidé d’essayer.

Connaissant l’histoire, j’y ai été doucement lors du réchauffement, je ne voulais pas le pousser à fond. Il allait bien, mais n’était pas au meilleur de sa forme. Ce qui est normal vu la veille.

J’ai beaucoup marché avec lui pour lui sauver de l’énergie. »

« Mais quand je suis entrée, j’ai senti qu’il donnait tout ce qu’il pouvait, et comme il est un battant, il n’abandonne jamais. Pour le protéger, j’ai abandonné. Mon complice, mon ami, le cheval qui a toujours tout donné pour moi, sa vie ne mérite pas ça. Alors, j’ai salué et quitté la piste. » 

Partager sur Facebook
1,413 1.4k Partages

Source: Tier Freund
Crédit Photo: Facebook

Aimez / Commenter