Nouvelles : Un ancien bénévole de la fondation Cédrika Provencher plaide coupable à des accusations de pornographie juvénile.

Un ancien bénévole de la fondation Cédrika Provencher plaide coupable à des accusations de pornographie juvénile.

Voici tous les détails.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
533 533 Partages

Un ancien bénévole de la Fondation Cédrika-Provencher a plaidé coupable à des accusations en lien avec de la pornographie juvénile. L'homme nommé Claude Richard faisait face à un chef d'accusation pour possession de pornographie juvénile.

Claude Richard avait d'abord tenté de se défendre en affirmant qu'il était en possession de ces images, car il avait tenté de piéger un site de pornographie juvénile, or l'excuse très populaire auprès des suspects qui font face à ce genre d'accusation n'a pas convaincu qui que ce soit.

Il semble que Claude Richard ait pris conscience du fait que sa défense ne tenait pas la route, car voilà que quelques heures avant le début de son procès qui devait avoir lieu mardi au palais de justice de Shawinigan, l'homme de 67 ans a décidé d'enregistrer un plaidoyer de culpabilité.

Ainsi, par son plaidoyer de culpabilité, l'homme a confirmé avoir été en possession matériel de pornographie juvénile au moment où il a reçu la visite des policiers de la Sûreté du Québec à son domicile le 15 février 2017.

Selon ce qu'a expliqué le procureur de la Couronne, Me Michel Bérubé, Claude Richard se serait retrouvé dans la mire des enquêteurs après qu'un Facebook ait signalé les activités du bénévole à la SQ.

Peu après le signalement, des enquêteurs ont mené une perquisition au domicile de Claude Richard afin de saisir son matériel informatique.

Comme le rapporte le journal Le Nouvelliste, l'homme se trouvait à être en possession d'une vingtaine de fichiers montrant des "enfants ayant des relations sexuelles avec des adultes ou encore des enfants dans des positions sexuellement explicites".

En plus de ces fichiers, la police aurait aussi mis la main sur un poème qui décrivait qui correspondrait à de la pornographie juvénile.

Alors que le suspect tentait d'expliquer ses gestes pour se défendre, l'homme se serait aussitôt incriminé en révélant avoir voulu "hameçonner et dénoncer un site de pornographie juvénile qui offrait des abonnements via des cartes des crédit". L'homme se disait convaincu qu'il n'aurait aucun problème avec la justice en mettant de l'avant que ses actions n'étaient pas motivées par des intentions malveillantes.

Devant le juge David Bouchard, l'homme a de nouveau profité de son plaidoyer de culpabilité pour expliquer qu'il avait visité ces sites et possédé ces images dans le seul but d'attirer des prédateurs afin de les piéger.

Il reste toutefois que les explications et la collaboration de Claude Richard lui auront été profitables, car certaines accusations portées contre lui pourraient être retirées.

Enfin, toujours selon ce que rapporte Le Nouvelliste, les plaidoiries sur la sentence auront lieu le 10 janvier et Claude Richard pourrait être passible d’une peine minimale d’emprisonnement de six mois de prison.

Partager sur Facebook
533 533 Partages

Source: Le Nouvelliste · Crédit Photo: Courtoisie