Nouvelles : Un homme voit sa femme se vider de son sang jusqu'à la mort. Ce qu'il écrit ensuite? Je suis sans mots...

Un homme voit sa femme se vider de son sang jusqu'à la mort. Ce qu'il écrit ensuite? Je suis sans mots...

Dawson Willford et sa femme attendaient avec impatience l’arrivée de leur premier enfant, mais sa venue compliquée a été l’une des expériences les plus terrifiantes de sa vie.«Le 7 juillet 2016, à 12h13 du matin, ma femme était en train de mourir. Elle a

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2 2 Partages

Dawson Willford et sa femme attendaient avec impatience l’arrivée de leur premier enfant, mais sa venue compliquée a été l’une des expériences les plus terrifiantes de sa vie.

«Le 7 juillet 2016, à 12h13 du matin, ma femme était en train de mourir. Elle avait subi une césarienne d’urgence et est tombée en choc. Je me tenais auprès d’elle et me rappelais toutes nos disputes et les choses que je n’ai jamais faites pour elle. J’étais effrayé, et lui disait mon dernier au revoir. Que diriez-vous à une personne en sachant que c’est la dernière fois que vous pouvez lui parler ? J’ai essayé de la réconforter, de sourire et dire que ça faisait partie de l’opération. Un code bleu a été annoncé et des gens se sont précipités dans la chambre, elle tremblait tellement. Je l’ai embrassée et ai demandé à Dieu de ne pas la prendre. J’ai pensé à toutes les fois où je ne suis pas allé à l’église, à comment dire la nouvelle à ma famille, je ne pouvais même pas profiter de mon fils, je devais être fort pour la famille.»

«On m’a emmené dans une autre pièce où j’ai attendu 10 minutes. Jackie s’est montrée, je voulais la prendre dans mes bras, la faire sortir de l’hôpital, lui dire que tout allait bien. Je voulais voir ce cauchemar se terminer. Trois minutes plus tard, elle a perdu environ un litre de sang en quelques secondes, je ne savais pas quoi dire, ni faire, elle était en train de mourir devant moi, et un autre code bleu a été annoncé.»

«Je me suis demandé pourquoi je n’ai pas prié tous les jours, pourquoi je ne l’aimais pas autant que Dieu m’avait aimé. Je me sentais inutile alors qu’ils tentaient de sauver ma femme et me repoussaient. Ils m’ont emmené avec mon fils dans une autre pièce. J’ai vu ma mère et la famille. Je voulais tant que quelqu’un me prenne dans ses bras, me dise que tout irait bien. Je ne voulais plus être un homme, seulement pleurer ! Quand on m’a demandé comment allait Jackie, je me suis effondré. Je voulais retourner dans la chambre et la tenir dans mes bras, mais je devais m’occuper de mon fils. On devait lui donner des antibiotiques. J’ai demandé aux infirmières si je pouvais aller voir ma femme, elles m’ont dit oui. J’y suis allé, le couloir faisant environ 40 mètres. J’en ai marché cinq et me suis mis à pleurer. J’étais effrayé d’avoir à affronter la nouvelle, j’aurais voulu que mon père me réconforte. Il me restait un peu plus de 30 mètres à marcher, et Dieu m’a parlé : «Gabriel, mon fils, je t’aime plus que tu ne crois. J’ai vu l’hémorragie, je me suis assuré qu’ils la traitent rapidement. Je t’attendais dans ce couloir quand tu voulais ton père. Tu peux m’appeler. Je t’aimerai toujours. Tout comme tu m’as demandé de sauver ta femme, j’ai demandé à mon père de la sauver.» J’ai marché, le cœur plein d’amour. Ma femme et mon fils vont bien et sortiront bientôt de l’hôpital. »

Quelques jours après ces événements terrifiants, Jackie et leur fils vont bien et sont rentrés à la maison. Que d’émotions !

Partager sur Facebook
2 2 Partages

Source: hefty.co/dawson-willford/?ref=fb · Crédit Photo: facebook.com/photo.php?fbid=1170555769655790&set=t.1026362012&type=3&theater