Nouvelles : Un jeune homme se Chicoutimi se retrouve sur la liste des délinquants sexuels à 22 ans

Un jeune homme se Chicoutimi se retrouve sur la liste des délinquants sexuels à 22 ans

Voici tous les détails.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
278 278 Partages

Un étudiant de 22 ans sera inscrit au registre des délinquants sexuels jusqu'à l'âge de 32 ans, car celui-ci a été trouvé coupable d'avoir abusé de sa voisine de chambre intoxiquée au Four Loko lors d’une fête.

C'est en mai dernier que l'étudiant de 22 ans nommé Thomas Boivin avait été jugé coupable d'agression sexuelle. Le jeune homme avait expliqué devant le juge que la femme était était peut-être très saoule, mais qu'en revanche, elle s'était montrée très insistante à son égard. Les explications du jeune homme n'ont toutefois pas su convaincre le juge.

À ce titre, le juge Martin Gagnon a clairement exprimé sa position quant à la version de l'accusé: "Il n’y a jamais eu de consentement de [la part de la victime], à quelque moment que ce soit, aux actes sexuels. [Thomas Boivin] a nettement fait preuve d’insouciance ou d’aveuglement volontaire."

La sentence accordée à Thomas Boivin est sans pitié. Non seulement le jeune homme a été condamnée à une peine d'emprisonnement de 8 mois, mais en plus, celui-ci devra se soumettre à une probation d'une durée de 24 mois. À noter que cette probation comprend une période de 18 mois lors de laquelle Thomas Boivin sera sous la surveillance d'un agent de probation.

Sinon, le criminel qui est originaire de Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, devra aussi fournir un échantillon d'ADN, car celui-ci sera inscrit au registre des délinquants sexuels jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 32 ans.

L'agression pour laquelle il a été trouvé coupable s'est produite à Rimouski en février 2017 lors d'une fête où des amis s'étaient réunis pour boire de l'alcool.

La victime aurait bu quelques "shooters", mais aussi de la Four Loko, une boisson à haute teneur en alcool (11,9 %). La victime serait ensuite allée se coucher dans sa chambre pour aussitôt s'endormir.

Puis, la victime explique avoir été réveillée au milieu de la nuit par Thomas Boivin qui était en train de l'agresser sexuellement en lui tenant les poignets tout en lui disant: "Ben non, inquiète-toi pas, ça va aller".

La victime qui a alors réalisé qu'elle était en train de se faire agresser a pu se libérer de l'emprise de Thomas Boivin pour quitter la chambre. Elle aurait ensuite confié à un ami présent sur place ce qu'elle venait de subir.

Lors du procès, le juge aurait rejeté sans hésitation la version de l'accusée en la qualifiant notamment d'invraisemblable.

Thomas Boivin est détenu depuis maintenant deux semaines et il compte faire porter le verdict en appel.

Partager sur Facebook
278 278 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie