Nouvelles : Une employée de McDonald's se bat pour avoir le droit de travailler sans soutien-gorge

Une employée de McDonald's se bat pour avoir le droit de travailler sans soutien-gorge

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3,411 3.4k Partages

« Ce n'est pas nécessaire », affirme Kate Gosek, qui travaille au McDonald's.

La jeune femme de 19 ans refuse de porter un soutien-gorge pour travailler, mais la gérante de son restaurant considère que c'est inapproprié. 

« Personne n'a besoin de voir ça », aurait-elle dit à son employée ajoutant que ses seins « libres » étaient une « distraction » inutile. 

Quand la jeune femme a mentionné que le port d'un soutien gorge ne faisait pas partie des règles, on lui a dit que c'était une attente implicite. 

Une autre femme, Christina Schell, a décidé d'amener le dossier devant la cour. Selon elle, le choix de porter ou non un soutien-gorge relève des droits et libertés des individus au Canada et elle a la ferme intention de se battre jusqu'au bout. 

« C'est une discrimination fondée sur le genre. J'ai des mamelons, mais les hommes aussi en ont! », affirme Christina. 

La jeune femme, qui travaillait dans un restaurant près d'un parcours de golf, a décidé de laisser tomber son soutien-gorge il y a deux ans de cela parce qu'elle les trouve simplement « horribles ». 

Le directeur du restaurant, Doug Robb, a insisté pour que Christina porte un soutien gorge « pour sa propre protection » parce que plusieurs clients consommaient de l'alcool. Mais Christina a refusé et elle a été congédiée. Elle poursuit maintenant son ex employeur pour discrimination basée sur son genre. 

L'avocate Nadia Zaman estime qu'un employeur peut exiger un code vestimentaire différent pour les hommes et les femmes qu'il peut établir la preuve que c'est pour des raisons de sécurité. 

« S'ils exigent simplement que les employées portent un soutien-gorge mais qu'ils n'ont pas d'exigence similaire pour les hommes, ils ne peuvent pas vraiment justifier leur décision… alors leur politique risque d'être jugée discriminatoire », croit l'avocate. 

En Ontario, une Commission sur les droits humains a statué que l'exigence de porter des jupes courtes et des talons hauts au travail, que ce soit pour des serveuses par exemple, est sexiste et discriminatoire. 

McDonald's Canada a déjà contacté Kate Gosek pour lui dire que la réaction de ses supérieurs étaiet dû à un « malentendu » et qu'elle avait bien sûr le droit de travailler sans soutien gorge. 

Partager sur Facebook
3,411 3.4k Partages

Source: CBC · Crédit Photo: Capture d'écran